Retour à Musique

C'est SI FA SI l'enfance en chansons

Comme le jeu ou la lecture, la musique invite les petits dans un monde où les sens se développent, où l'imaginaire s'élargit, où la raison s'acquiert. Outre les traditionnelles comptines, des poésies et mélodies sont composées par des artistes spécialisés. De quoi se délecter dès le premier âge.


La chanson "jeune public" aide les enfants à grandir. D'abord parce qu’avec un vocabulaire adapté, les compositions insufflent des messages qui font écho à leurs préoccupations quotidiennes. Aussi parce que la richesse des arrangements, et surtout la sollicitation de plusieurs instruments, enrichissent la perception auditive des jeunes oreilles. Qui plus est, chanter est une activité collégiale qui rassemble la famille, la classe, les amis… L'esprit de communication se voit dès lors renforcé. "L'enfant a besoin de nourriture pour développer sa sensibilité, son imagination, son esprit, son intelligence et son expression", évoque Olivier Battesti, président de l'ASBL Autre chose pour rêver(1).

C'est incontestable, la large consommation des médias audiovisuels domine le marché et conditionne les enfants dès le plus jeune âge. L'avantage : ça leur offre une grande ouverture d'esprit. L'inconvénient : les enfants sont harcelés sans interruption par les médias. "Un large panel de musiques est une richesse mais peut aussi ‘gaver’ l'enfant, ajoute celui qui est aussi à l'origine du projet musical Mamémo. Il faut réfléchir aux flux auxquels nous acceptons que les enfants soient exposés". Internet ? Télévision ? Radio ? Il est sain de de doser chacun de ces canaux. Par ailleurs, les musiques d'ambiance omniprésentes (grandes surfaces, métro…) impriment chez l'enfant un concept de musique de consommation immédiate, précise sur son site Internet l'ASBL représentative des professionnels du secteur. Dans ce contexte, le risque est de voir la chanson entendue à défaut d'être écoutée.

Ingrédients

Quelles recettes pour un bon disque ? "C'est fini les ritournelles 'cul-cul'. Place à la musique !, affirme Le grand Ben, compositeur enghiénnois. Les enfants sont des êtres sensibles à la subtilité d'une mélodie, d'un rythme, d'un riff de guitare." Des conseils qu'il a mis en pratique sur les plages de son second disque, T'as mille temps. Les styles reggae, funk, rock sont exploités pour "accrocher" les jeunes oreilles… et celles de leurs parents ! Selon le chanteur, "les adultes bougent autant que les enfants durant les concerts"(2). Ensuite vient le choix des mots. "Ils peuvent évoquer le quotidien des enfants, sans craindre de parler de leurs petits soucis, et en même temps mobiliser leur imaginaire", précise Le grand Ben. Dans son dernier disque, il a choisi le temps qui passe comme thème angulaire. Il chante l'appréciation du repos avant la reprise d'une activité (Minute papillon), l'attente d'être rassemblés pour pousser un cri collectif (Le grand cri), la patience d'un petit gars qui s'ennuie de voir sa mère trop occupée sur son ordinateur et son téléphone (Maman, tu m'entends ?). Le morceau qui le touche le plus ? "Julie-Rose et l'arbre de vie. C'est un conte qui raconte le départ de l'amie de Julie-Rose parce que son papa a trouvé un travail ailleurs. Elle doit alors faire son petit deuil. En se promenant dans les bois, elle rencontre un nouvel ami, l'arbre qui parle. C'est une initiation, un chemin à faire; la douleur passe avec le temps…"

Une large gamme d'artistes

De grands noms de la scène jeune public sont connus et reconnus tels Henry Dès, Christian Merveille, Raphy Rafael ou encore Mamémo dont les disques, les spectacles et les dessins animés sont distribués dans 40 pays et traduits en 18 langues. Si de nouvelles étoiles naissent en permanence – en particulier en Belgique francophone, l'occasion de briller sur scène ne leur est donnée que quelques jours par an. En effet, il n'est pas facile de vivre de la chanson… En Fédération Wallonie-Bruxelles, les musiciens et chanteurs jeune public ne reçoivent pas de subventions structurelles comme c'est le cas, par exemple, dans le domaine du théâtre pour enfants.

D'où l'importance de soutenir leur travail en achetant leurs disques ! 2014 marque le retour en force des Déménageurs avec un nouveau spectacle de chansons et de danses : Danse avec les gnous. Le support est intégré dans un superbe livre de 32 pages, illustré par Yves Dumont. Gibus, lui, offre Bébé Caramel ou 12 berceuses métissées à connotation musicale africaine sur le thème de la famille recomposée. Enfin, après trois spectacles fort appréciés des petits, Les vaches aztèques proposent leur toute nouvelle création : Amarante. En deux mots, le voyage d'une petite fille dans une contrée sombre, pour un hymne à la vie.

Il n'y a pas de création "majeure" ou "mineure" dans le domaine jeune public. Toutes valent la peine d'être glissées aux jeunes oreilles. Beaucoup d'œuvres sont à découvrir sur le site Internet de l'ASBL Autre chose pour rêver et dans toutes les bonnes librairies jeunesse.

//MATTHIEU CORNÉLIS