Navigation
Retour à Éducation

Réduire l'exposition aux ondes des écoliers

© Pixabay © Pixabay

Un groupe de travail a établi un rapport concernant les nouvelles technologies et les ondes dans les écoles. Les effets délétères de celles-ci sur la santé ne sont pas unanimement démontrés. La précaution est donc le credo à adopter.


Le Wi-Fi n'a pas attendu le Pacte d'excellence pour déjà s'installer dans les établissements scolaires. C'est pourquoi un groupe de travail, composé de l'ONE, de la Commission de la promotion de la santé à l'école et de la Cellule de promotion des attitudes saines à l'école de la direction générale de l'enseignement obligatoire, a établi un rapport concernant les nouvelles technologies et les incertitudes à leurs propos.

Malgré une panoplie d'études sur un potentiel effet néfaste des ondes sur la santé des enfants, il n'y a pas de réponse claire et unanime. Le Centre international de recherche sur le cancer classe cependant les ondes électromagnétiques et de radiofréquences (comprenant le Wi-Fi et les GSM) en catégorie "peut-être cancérogènes". La moelle osseu se et le cerveau des enfants seraient également plus exposés à ces ondes pour des raisons anatomiques et de propriétés des tissus. La précaution est donc la priorité pour les auteurs du rapport. Pour ce faire, ils avancent quel ques pistes en vue tenter de réduire l'exposition des écoliers durant leurs heures de cours : interdire l'utilisation des téléphones portables, installer des bornes Wi-Fi dans les lieux de passage et en hauteur, privilégier les connexions câblées, etc. De plus, la réflexion sur le besoin ou non d'avoir recours au numérique dans la pédagogie est primordiale.

L'incertitude quant aux effets des ondes pousse également les auteurs du rapport à interpeller le monde politique : il est important de suivre et de soutenir les recherches sur le sujet.