Navigation
Retour à Maladies chroniques et handicap

La carte EDC, un sésame pour les loisirs

© iStock © iStock

À la caisse d'un musée, d'un parc d'attractions, d'un cinéma ou d'un centre sportif, il n'est pas toujours simple d'attester la réalité de son handicap – surtout s'il est invisible – pour bénéficier de tarifs préférentiels, de places réservées ou d'autres facilités. Les personnes handicapées auront dorénavant leur propre carte, la European Disability Card. Un grand pas en faveur de l'accessibilité et de l'inclusion.


Étudiant, senior, enseignant, journaliste… : la présentation d'une carte spécifique ou de la carte d'identité suffit généralement à obtenir des avantages et tarifs préférentiels auprès d'institutions culturelles, sportives et de loisirs. Pour les personnes handicapées, rien de tel jusqu'à présent. Certaines présentent des attestations de médecins, des documents d'une institution ou leur carte de stationnement pour expliquer leur état et justifier un handicap qui n'est pas nécessairement visible. Mais combien ne se sont pas entendu dire que leurs déficiences ne sont pas suffisamment importantes ou n'entrent pas en considération pour une réduction, un emplacement réservé ou un autre service. Ces démarches psychologiquement lourdes ne favorisent pas la participation des personnes handicapées à la vie en société. La situation est d’autant plus inacceptable lors qu'un organisme officiel a reconnu la personne comme étant handicapée.

Un outil reconnu par tous En 2009 déjà, le Belgian Disability Forum (BDF), une ASBL qui regroupe 19 organisations représentatives de personnes handicapées actives en Belgique – dont Altéo – dénonçait cette situation et proposait la création d’une carte de reconnaissance, selon des principes très simples : un outil clair reconnu par tous, une preuve indiscutable de la réalité du handicap, la reconnaissance du handicap par le pays qui délivre la carte, la reconnaissance mutuelle de la carte entre pays, une carte facile à utiliser sur une base volontaire et une solution non-discriminatoire offrant les mêmes compensations pour toutes les personnes handicapées.

Pendant des années, le BDF s'est mobilisé pour promouvoir ce projet, d'abord auprès des instances belges puis dans les hémicycles européens. Leur ténacité a fini par payer. "Huit ans après avoir été lancé, le projet fou du BDF est devenu une réalité sur le plan européen", se réjouit Emilie De Smet, secrétaire politique d'Altéo. Présentée officiellement le 19 octobre dernier, la carte EDC est dorénavant disponible dans notre pays pour les person nes en situation de handicap reconnues ou qui bénéficient d’une aide auprès d’une des cinq institutions responsables pour l’inté - gration de la personne handicapée (voir ci-dessous). De nombreux prestataires de services font déjà partie du réseau qui accepte la carte sur le territoire belge. Celui-ci sera encore développé à l’avenir et les prestataires sont invités à manifester leur adhésion. Un label leur sera octroyé pour donner plus de visibilité à leurs initiatives. Les prestataires peuvent librement choisir la nature des avantages pour lesquels la carte est utilisée. Il peut s’agir d’avantages déjà offerts ou de nouveaux avantages pour personnes en situation de handicap, tels que des réductions, des audioguides, des places réservées, des laissezpasser pour ne pas devoir faire la file, des visites guidées adaptées, etc.

L'European Disability Carden pratique

  • La carte EDC est accordée gratuitement sur demande par une institution auprès de laquelle la personne handicapée a obtenu une reconnaissance ou une aide : SPF Sécurité sociale (fédéral), AViQ (Wallonie), PHARE (Cocof), VAPH (Flandre) ou DSL (Communauté germanophone). 
  • La carte EDC est personnelle. Elle dispose notamment d'une photo, des noms, prénoms et date de naissance. Un seul exemplaire est délivré par personne. 
  • La durée de validité de la carte est de 5 ans. À la fin de la période, une nouvelle demande est nécessaire auprès d'une des institutions où la personne est reconnue. 
  • En cas de perte ou de vol de la carte, un duplicata gratuit peut être fourni une seule fois. 
  • La personne qui bénéficie d'une carte de parking peut faire la demande de carte EDC auprès de la DG Personnes handicapées du SPF Sécurité sociale. Mais la carte EDC ne remplace pas la carte de parking. 
  • La carte EDC peut être utilisée dans les domaines de la culture, du sport et des loisirs. Il n'y a donc, en principe, pas d'avantages prévus dans d'autres domaines, comme par exemple les transports. 
  • Il est recommandé de s'informer à propos du lieu concerné ou de contacter l'organisateur pour savoir si la carte est acceptée et connaître les avantages proposés. Une liste non-exhaustive de partenaires est disponible sur www.eudisabilitycard.be 
  • Outre la Belgique, les personnes handicapées peuvent utiliser la carte dans les autres pays européens participants pour le moment au projet : Chypre, Estonie, Finlande, Italie, Malte, Slovénie et Roumanie. 

>> Plus d'infos sur www.eudisabilitycard.be ou auprès des institutions responsables pour l’intégration de la personne handicapée.