Navigation
Retour à Maladies chroniques et handicap

À l'écran, le handicap est encore tabou

© iStock © iStock

Le conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) vient de publier son baromètre Diversité et Égalité. Malgré quelques lentes évolutions positives, l'organe de régulation des médias audiovisuels pointe divers constats interpellants. L'un d'entre eux concerne le handicap, toujours sous-représenté dans les programmes télévisuels.


Pour son édition 2017, le baromètre Diversité et Égalité a analysé 7 jours consécutifs de programmes, du 11 au 17 mai 2017. 23 chaines de télévision des éditeurs actifs en Fédération Wallonie-Bruxelles sont reprises dans l'analyse. Le CSA s'est concentré sur cinq critères : genre, origine perçue, âge, catégorie socio-professionnelle et handicap. Objectif : déterminer si "les représentations à l'écran renvoient ou non au monde qui nous entoure, et pourquoi ?" Globalement, le CSA constate, sur "certains paramètres de l'égalité et de la diversité", quelques évolutions positives qui se poursuivent et "se mesurent en sauts de puce". Par contre, pour d'autres critères, l'heure est plutôt à la stagnation, voire au recul. "Le baromètre pointe notamment une diminution de la représentation de la diversité des origines à l'écran, une sous-représentation des femmes et un tabou qui persiste autour de l'intégration du handicap et de certaines catégories d'âge dans les programmes audiovisuels."

Presque invisibles

Au total, les personnes en situation de handicap ne représentent qu'1,5% des intervenants. Elles sont majoritairement présentes dans les programmes liés à l'actu - alité. Quand on aborde la fiction, le sport et les programmes courts, leur proportion diminue. Quant aux émissions de divertissement, elles en sont absentes, ou presque. Le baromètre analyse également la manière dont les personnes atteintes d'un handicap sont perçues. Pas d'évolution, indique le CSA : "elles restent écartées des rôles socialement valorisés." La comparaison entre les différents baromètres, de 2011 à 2017, vient renforcer ces tendances : "les personnes en situation de handicap se concentrent systématiquement dans les rôles passifs de figurants et affectif de vox populi (voix du peuple)." Outre cela, explique le CSA, elles sont présentées comme personnes handicapées, dans des sujets sur le handicap. Enfin, on leur accorde plus souvent des rôles passifs qu’à des personnes sans handicap visible.

Pour amorcer des changement structurels dans la représentation de la diversité à l'écran, le conseil supérieur de l'audiovisuel recommande un travail de réflexion impliquant tous les métiers de l'audiovisuel. Et pointe la nécessité de définir des objectifs précis à atteindre, dépassant les seules initiatives informelles.

Pour en savoir plus ...

Les résultats détaillés sont à consulter sur http://barometrediversite.be