Navigation
Retour à Médias

Web TV Tout va bien

© Tout va bien © Tout va bien

"Mêlons-nous de ce qui nous regarde !" C'est en substance ce que disent les jeunes du collectif aux commandes de Tout va bien, le nouveau web média de la communauté du festival Esperanzah. Des sujets clairs, rythmés, vulgarisés, sans pour autant faire l'impasse sur la précision.


À la base du projet, il y a Esperanzah, désireux de développer un média à destination des jeunes qui partagent les valeurs portées par le festival, et une douzaine d'individus : des speachers capables de vulgariser des contenus parfois ardus, des réalisateurs, des techniciens, des comédiens… Objectif : informer le public des 18-30 ans sur les enjeux liés à la justice sociale, à l'égalité, au genre, à l'économie, à l'écologie… tout en s'appuyant sur les codes des réseaux sociaux.

Servie par Nabil, la première capsule mise en ligne est longue de 4 minutes. Dès l'entame, le sujet est annoncé : "Le président de la NVA a récemment demandé dans une carte blanche de choisir entre accueillir des migrants et le maintien de notre système de sécurité sociale : pensions, soins de santé, allocations de chômage, allocations familiales." Le speacher pointe ensuite les trois raisons qui rendent ce choix vicieux. Un, Bart De Wever sous-entend que les migrants viennent profiter de notre sécurité sociale.

Deux, que les étrangers représentent un coût pour la sécu. Trois, que la sécurité sociale est un coût. Des arguments dits trois fois faux, trois fois démontés avec brio, clarté, infographies et mots percutants. Le tout habillé pour le web : rythme, esthétique, équilibre entre informations précises et vulgarisées.

"Notre ambition est de capter les 18-30 ans qui par tagent les mêmes valeurs que le festival Esperanzah mais qui sont toutefois peu politisés, raconte Jérôme Van Ruychevelt, responsable de l'action associative du festival. Nous leur offrons un pont vers les mobilisations et les mouvements actuels." Jusqu'à la fin du mois de juin, avant une première évaluation, ce public pourra découvrir un sujet par semaine sur les réseaux sociaux : homophobie, particules fines à Bruxelles, travailleurs détachés en Europe, burn out, vente d'armes vers l'Arabie Saoudite…

Pour en savoir plus ...