Navigation
Retour à Expositions

Les photographes belges à l'honneur

© Antoine Vanoverschelde © Antoine Vanoverschelde

Mettre à l'honneur les talents photographiques belges. Tel est l'objectif du Prix national Photographie ouverte, dont la crème, pour sa 17e édition, se trouve actuellement exposée dans l'ancien carmel de Mont-sur-Marchienne, au Musée de la Photographie à Charleroi.


Depuis près de quarante ans, les lignes directrices du concours Photographie ouverte n'ont pas changé : mettre en valeur de nouveaux créateurs, tout en ne rechignant pas à consacrer des talents connus et reconnus. Sauf que, depuis sept ans, l'initiative s'était éteinte pour des raisons budgétaires. Il faut croire que les candidats – professionnels comme amateurs – trépignaient à l'entrée du concours renaissant, puisque pas moins de 269 envois de photographies ont atterri sur les tables du jury de cette 17e édition. Après avoir analysé les candidatures, rendues anonymes, celui-ci a sélectionné 18 lauréats (dont six récompensés) présentés en ce moment dans le merveilleux bâtiment du Musée de la Photographie, Centre d'art contemporain de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Aucun thème n'ayant été imposé, il ne faut pas s'étonner de la diversité des travaux. Le visiteur est invité à se glisser dans les couloirs et les coulisses du CPAS de Liège (Laurent Gélise), à accompagner une milice en plein combat à Mossoul (Quentin Bruno), à se perdre la nuit dans des forêts fantasmagoriques (Pierre Van Steene), à arpenter la terre glacée du Grand nord canadien (Téo Becher), à scruter des animaux empaillés (Céline Bataille), etc. À noter, surtout (sélection subjective !), cet assemblage étonnant de paniers à concours pour gallinacés, dont n'émergent que les plumes de coqs qu'il reste à deviner, sans doute plus hétéroclites encore que les contenants eux-mêmes (Antoine Vanoverschelde).

Mais aussi ces photos – percutantes, audacieuses mais pudiques – de fragments de corps humains extraits de leur sépulture pour cause de fin de concession dans les cimetières. Chaque oeuvre est mise en dialogue avec un portrait en gros plan de fossoyeur, dont le regard grave plonge dans celui des visiteurs de l'expo comme pour les interroger sur le sens donné à la mort. Et au souvenir. Ces derniers sont invités à accorder leur prix du Public en fin de visite.

Pour en savoir plus ...

>> Infos : 17e Prix national Photographie ouverte • Jusqu'au 22 avril • Musée de la Photographie, avenue Paul Pastur 11 (GPS Place des Essarts), 6032 Charleroi • 7 EUR (diverses réductions sont possibles, particulièrement le premier dimanche du mois).

>> Infos : www.museephoto.be • 071/43.58.10 • À découvrir, également, parmi d'autres expositions temporaires, une collection de cartes postales d'époque sur l'Exposition universelle de Bruxelles de 1910, avant et après l'incendie qui la ravagea les 14 et 15 août.