Navigation
Retour à International

Les préjugés, c'est n'importe quoi !

© Amnesty International © Amnesty International

Le 20 juin est la Journée mondiale des réfugiés. Amnesty International en profite pour refaire la promotion de son livret "10 préjugés sur la migration : arrêtons de croire n'importe quoi !". L'ONG le prouve : les migrants ne ruinent pas nos finances publiques et ne viennent pas nous prendre nos emplois.


"Tous des terroristes", "ils ne respectent pas les femmes", "ils ne sont pas dans  le besoin". Voici quelques exemples de préjugés qui accablent chaque jour les migrants et les réfugiés. Amnesty International a décidé de déconstruire ces idées préconçues, soutenues par un public qui y croit dur comme fer, par le biais de sa campagne#JeSuisHumain et le livret qui s'y rapporte : "10 préjugés sur la migration : arrêtons de croire n'importe quoi !". Dans cet ouvrage,  les lecteurs peuvent (re)découvrir dix stéréotypes en lien avec la migration, entendus couramment dans notre société d'aujourd'hui. L'ONG les accompagne d'un texte argumenté qui démonte ces idées fausses à l'aide de faits réels et de chiffres contradicteurs.

L'UE peu ambitieuse

Si, lors d'une discussion, un interlocuteur assène qu'il y a "une explosion des arrivées de migrants en Europe", la réponse est simple : n'importe quoi ! En 2 015, l'Union européenne a promis de réinstaller 22.504 réfugiés en deux ans sur le1,2 million à réinstaller de toute urgence d'ici la fin de l'année 2017. Toujours en 2015, la Belgique a enregistré 35.476 demandes d'asile – 18.710 en 2016 – ce qui représente trois demandeurs d'asile pour dix mille habitants belges. C'est moins qu'en 2000 où notre pays a fait face à 42.691 demandes, principale- ment liées à la guerre au Kosovo. 

À l'époque, personne n'évoquait le moindre afflux de réfugiés et le mot "crise" n'avait pas voix au chapitre. Concernant le travail, sont-ils "venus pour nous le prendre ?" Non. Les migrants sont très souvent surqualifiés pour  les métiers qu'ils pratiquent.

Victimes de discriminations à l'embauche malgré leurs diplômes, ils en sont réduits à exercer des emplois peu qualifiés, pénibles et laissés vacants par les Belges.

Sans oublier les bas salaires et les conditions précaires qui caractérisent l'exploitation dont ils sont la cible. 

Amnesty  International a lancé  sa campagne #JeSuisHumain il y a plusieurs mois déjà. Mais l'ONG souhaite redistribuer massivement son livret à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin. Avec en guise d'objectif, une Belgique plus accueillante et bienveillante auprès des personnes fuyant les violences et les persécutions.

Pour en savoir plus ...

Le livret peut se commander gratuitement sur www.nimportequoi.be 

Deux "nouveaux préjugés" sont exclusivement disponibles sur ce même site.