Navigation
Retour à Éthique

Télédon : s'engager pour sauver des vies

© Serge Manceau - Belpress © Serge Manceau - Belpress

Déclarer son intention d'être donneur d'organes ou s'engager à faire régulièrement don de son sang : deux gestes auxquels nous invite l'ASBL Télédon, lors d'une grande campagne de sensibilisation à laquelle s'associe la Mutualité chrétienne. La première opération caritative qui ne récolte pas d’argent mais des dons de vies !


"Sans lui, je ne serais sans doute pas là pour vous parler". C'est par ces mots que Patrick, bientôt septuagénaire, débute son témoignage. "Lui", c'est l’être humain qui lui a fait don de son rein il y a un an et demi au moment où la vie l'a quitté. Parce que, là où il allait, il n'aurait plus besoin ni de son rein ni de ses autres organes vitaux. "Lui", c'est l'ange gardien de Patrick, "celui qui lui a donné un vrai cadeau sans rien attendre en échange", celui qui lui permet de refaire des projets de vacances, de se remettre au jardinage et au sport, de retrouver goût aux petits plaisirs de la vie que sa maladie lui interdisait, celui qu'il ne remerciera jamais assez.

"J'étais en attente d'une greffe depuis deux ans, raconte Patrick. La greffe, c'était ma dernière chance. En raison d'une malformation des reins – diagnostiquée seulement à l'âge de 62 ans ! – ceux-ci fonctionnaient de moins en moins bien, pour descendre à 10% de leur capacité"

Fin 2015, 1.288 personnes étaient inscrites comme candidates à une transplantation en Belgique. Au cours de la même année, 112 patients sont décédés faute d’un organe disponible. 

Lorsqu'on l'a appelé pour lui dire qu'il devait dare dare rejoindre l'hôpital pour la transplantation tant espérée, Patrick n'y croyait pas. "Sur la route, j'avais l'impression que mon donneur m'accompagnait, me soutenait même. Ce sentiment troublant ne m'a pas quitté pendant plusieurs jours. Sans doute certains me prendront- ils pour un dingue mais j'entends et je vois encore mon donneur, penché au-dessus de mon lit d'hôpital, m'encourager à poursuivre mon chemin et me demander de prendre soin de son rein. Puis il s'est éclipsé comme si sa mission était accomplie".

Depuis cet instant, Patrick se sent apaisé. Il vit chaque instant qui lui est donné comme un cadeau de la vie. "Affirmer de son vivant que l'on accepte d'être donneur de vie, c'est un superbe acte de solidarité"

Alors que 7 personnes sur 10 auront besoin d'une transfusion sanguine au cours de leur existence, seulement 1 sur 10 a déjà donné du sang. 

Une alternative thérapeutique éprouvée

Comme Patrick, grâce à la transplantation d'organes, un grand nombre de patients considérablement amoindris par la maladie rénale, hépatique, pancréatique, pulmonaire ou cardiaque ont pu renaître et renouer avec une vie de qualité. "Les problèmes techniques liés à la plupart des greffes d’organes sont bien résolus. Les moyens de conservation des greffons, entre leur prélèvement chez le donneur et la transplantation chez le receveur, sont bien codifiés. Ils permettent des échanges à travers toute l’Europe dans des conditions très satisfaisantes.

La prévention du rejet a fait de gros progrès, souligne-t-on au service de transplantation du CHU de Liège. Par ailleurs, des garanties éthiques sont apportées : anonymat et gratuité du don, organes exclusivement destinés à la transplantation humaine, respect de la dépouille mortelle après le prélèvement…

Depuis plus de vingt ans, la Belgique fait partie des leaders mondiaux du nombre de prélèvements et de transplantations. En 2016, 28 donneurs d'organes par million d’habitants ont été prélevés : près du double des pays voisins où la durée d’attente avant transplantation est par conséquent considérablement plus longue. Ce taux élevé, on le doit en grande partie à la règle dite du “consentement présumé” (opting-out) qui régit la loi belge, comme on le lira plus loin.

Malheureusement, même si le nombre de prélèvements réalisés chaque année est élevé (998 en 2015), il reste insuffisant. Ainsi, au 31 décembre 2015, 1.288 personnes étaient inscrites comme candidates à une transplantation en Belgique. Au cours de la même année, 112 patients (dont plus de la moitié en attente d'un foie) sont décédés faute d’un organe disponible. Un décalage interpellant, cruel. 

Qui ne dit mot consent

La loi de 1986 relative au prélèvement d’organes et de tissus après le décès belge nous considère tous comme des donneurs potentiels de nos organes après notre décès. Tout citoyen peut aussi émettre sa volonté expresse d’être ou de ne pas être donneur d’organes. Il doit le faire auprès de l’administration communale de son domicile. Cette inscription au Registre national permet de clarifier la volonté de chacun, à laquelle personne ne peut s’opposer.

Actuellement, 190.000 personnes se sont opposées au don de leurs organes. À l'inverse, près de 245.000 se sont signalées donneuses de manière explicite. Tandis que les inscriptions négatives diminuent lentement au fil des ans, les déclarations positives ne cessent de croître, ce qui est encourageant. 

"Quand une personne se trouve en mort cérébrale, si elle s'est inscrite comme donneuse et qu’elle en a informé sa famille, celle-ci va très rapidement interpeller le corps médical afin que la volonté du défunt soit exaucée", explique Pascal Deleersnyder, directeur du Télédon. Et quand on sait que les organes doivent être prélevés et transplantés dans les heures qui suivent le constat du décès, c’est très important. De plus, la famille qui vit un moment très douloureux lié à la mort d’un être cher, pourra donner un sens à sa disparition, puisque le don de ses organes va sauver la vie d’autres personnes et, quelque part, permettre au défunt de continuer à vivre au travers d’eux".

Par contre, si la personne n’a pas explicitement exprimé à ses proches sa volonté de donner ses organes, lors - que le médecin va leur annoncer son décès et suggérer le prélèvement, la famille, déjà très affectée et surprise par cette sollicitation, n’aura pas toujours une réponse positive. Les équipes médicales et les familles sont ainsi placées dans des situations humainement difficiles.

"Nous invitons tout un chacun à aborder cette délicate question du don d'organes avec ses proches. Et à faire part de son accord explicite comme donneur auprès du service population de sa commune pour que cela soit inscrit au registre national. Si le décès est propice à un prélèvement d’organes, cela lèvera toute ambiguïté", plaide Pascal Deleersnyder. 

Dons de sang

Si le don d’organes est sans aucun doute un magnifique geste ultime de solidarité humaine, le don de sang n'en est pas moins un acte essentiel qui contribue à donner ou préserver la vie. On peut le faire de son vivant jusqu'à quatre fois par an. Chaque jour, les hôpitaux accueillent des victimes de la route, des malades souffrant d’un cancer et affaiblis par leur chimiothérapie, des mamans qui connaissent des complications lors de leur accouchement, des prématurés qui nécessitent des soins particuliers… Chaque année, 250.000 patients bénéficient des produits dérivés sanguins issus de ces dons. 

"Avec une moyenne de 800 poches de sang récoltées par jour, la Belgique est un pays où le sang est disponible en suffisance, constate Thomas Paulus, coordinateur de projets à la Croix- Rouge. Toutefois, le sang n'étant pas congelable, on doit sans cesse renouveler les stocks et, chaque été, il y a des pics de pénurie. Par ailleurs, le nombre de donneurs diminue régulièrement d’année en année. Cela est dû, en particulier, au fait que les critères de sélection médicale sont devenus de plus en plus stricts".

Alors que sept personnes sur dix auront besoin d'une transfusion sanguine au cours de leur existence, seulement une sur dix a déjà donné du sang. "Le renouvellement et la fidélisation de nouveaux donneurs de sang constituent une préoccupation constante au Service du sang. Nous espérons, grâce à la campagne du Télédon, susciter des 'vocations" à long terme, s'enthousiasme Thomas Paulus. En tout état de cause, tous les groupes sanguins sont indispensables, même s'ils le sont à des degrés divers. Ainsi par exemple, en cas d'extrême urgence, le groupe sanguin O Rh négatif est utilisé en tant que groupe universel ; à ce titre, il est très important"

Gagnez vos places pour la grande soirée télévisée de clôture

Le Télédon se clôturera le samedi 20 mai par une grande émission de télévision enregistrée en direct de Notélé à Tournai Expo et diffusée sur les 12 télévisions locales.

Au programme : variétés, divertissements et nombreux témoignages. La Mutualité chrétienne invite 30 personnes (15 X 2 places) à assister à cette grande soirée de solidarité.

En tant que membre de la MC, vous souhaitez recevoir deux places ? Envoyez un mail à enmarche@mc.be pour le lundi 15 mai à 12h au plus tard avec en objet : "soirée Télédon". Indiquez votre n° de membre MC. Les gagnants seront tirés au sort et prévenus par mail le lundi après-midi. 

La récolte des dons de vie

Après une première opération pilote réussie en Wallonie picarde en 2015, la sensibilisation aux dons de vie s'étendra à toute la Wallonie et la Région bruxelloise du 3 au 20 mai. L'opération Télédon invite le citoyen à émettre sa volonté d'être donneur de ses organes à son décès et/ou de devenir donneur de sang. Le compteur tournera en permanence par l'enregistrement en ligne de nouveaux donneurs. Chacun peut aussi devenir ambassadeur de l'opération là où il s'investit (lieu de travail, club de sport, association…).

Pour faire promesse de dons, quatre possibilités :

1. Se signaler sur www.teledon.be

Il suffit de cliquer sur le bouton “dons de vie” et de compléter les informations en ligne. Celles-ci seront transférées à la Croix-Rouge ou à la commune.

2. Appeler le numéro gratuit 0800/355.44

L’équipe du Télédon prend note de chaque promesse de dons.

3. Se rendre dans son administration communale

La déclaration explicite de donneur d'organes s'effectue auprès du service état civil/population. De nombreuses communes organisent des permanences exceptionnelles d'ici le 20 mai.

4. Dans les collectes de la Croix-Rouge

Les lieux de collecte de sang récoltent les volontés de devenir donneur d’organes. La liste des collectes est disponible sur www.donneurdesang.be/fr/