Navigation
Retour à Éducation

École : l'équité, plutôt que l'égalité

© iStock © iStock

La rentrée scolaire 2018 est loin d'être anodine pour des milliers d'enfants en difficulté. Ils devraient bénéficier d'un accompagnement plus adapté à leurs spécificités, via des aménagements dits "raisonnables".


La rentrée scolaire 2018 marque un tournant important dans la politique scolaire. Dorénavant, tout enfant présentant des difficultés spécifiques d'apprentissage devrait pouvoir bénéficier d'aménagements dits "raisonnables", et cela qu'il fréquente l'enseignement fondamental ou secondaire. Il s'agit, pour l'essentiel, d'enfants développant des troubles de l'attention (hyperactifs ou non) ou disposant d'un "haut potentiel", mais aussi d'enfants affichant un profil "dys": dyslexique, dysgraphique, dyscalculique, etc. Coulé dans un décret, le dispositif vise à éviter que des écoles surchargées, surpeuplées ou peu motivées orientent un peu trop vite les enfants "à problèmes" vers l'enseignement spécialisé (1). Il veut, surtout, garantir à tous les enfants un enseignement inclusif, susceptible de le faire progresser dans leur apprentissage sans être stigmatisés ni délaissés. Ces aménagements sont de nature organisationnelle, matérielle, pédagogique, relationnelle ou environnementale. Il peut s'agir d'aménagements mineurs ou plus profonds mais qui, tous, peuvent s'avérer décisifs dans les parcours de vie des enfants et ados.

Exemples : permettre de s'isoler dans la classe, de porter un casque, d'avoir une certaine mobilité dans l'espace ou de manipuler des "fidgets" (petits objets focalisant l'attention), etc. Certains apprenants ont, par ailleurs, un besoin impérieux de conditions d'évaluation adaptées, par exemple via des questionnaires ou des logiciels adaptés.

La liste des aménagements potentiels est longue et nécessite une adaptation — voire un changement de "culture" — des professeurs et des accompagnants. Beaucoup d'écoles, néanmoins, les pratiquent déjà avec les moyens du bord. Le décret prévoit une série de balises, par exemple un diagnostic préalable établi par des professionnels. Traduites dans le Pacte d'excellence, les nouvelles dispositions prévoient également que les accompagnants scolaires disposent de moyens élargis pour ces missions.


Pour en savoir plus ...

L'association TDA/H dispose d'un guide de la scolarité spécifiquement orienté vers les enfants ayant des troubles de l'attention.
Consulter www.tdah.be