Navigation

Élodie Orbaen, championne du monde d’handi-escalade et marraine de la campagne Altéo Élodie Orbaen, championne du monde d’handi-escalade et marraine de la campagne Altéo "Du sport comme je veux".
© Altéo ASBL

Élodie Orbaen a été sacrée championne du monde d’handi-escalade pour la deuxième fois en septembre dernier. Mais elle est aussi marraine de la campagne Altéo "Du sport comme je veux". Rencontre.


Lors d’une rencontre organisée par Altéo – mouvement social de personnes malades, valides et handicapées –, Élodie Orbaen parle avec beaucoup de simplicité de son parcours. Bien qu’handicapée par une jambe plus courte que l’autre et la lourde prothèse qui compense cette malformation, elle sait qu’elle vient de réaliser un rêve inespéré. "C’est une joie que je partage avec tous ceux qui ont cru en mes possibilités."

Élodie, passionnée de grimpe, doit cette passion à ses parents qui l’ont toujours amenée là où ils allaient, notamment dans le Tarn (France). Ce n’était pourtant pas facile : "Ils se rendaient compte des difficultés que j’avais à marcher de longue heures, avec un appareillage compliqué, une lourde prothèse… dit-elle. Je comprends aujourd’hui ce que je leur dois. La grimpe est devenue une passion. Avant même que je fasse de la compétition, c’était, et c’est encore toujours du plaisir. Toucher la texture du rocher du bout des doigts. Ressentir des sensations inoubliables devant la beauté des paysages".

Malheureusement, en Belgique, les sites favorables à la grimpe ne sont pas nombreux. Et il y pleut trop souvent ! Élodie s’installe alors en France, s’entraine durement avec le club alpin qui lui propose un jour de participer, à Chamonix en 2014, au championnat du monde d’handi-escalade, sport peu médiatisé. Volontaire, têtue, elle l’emporte avec brio… Aujourd’hui, soutenue par l’Adeps, le sport est son activité principale.

Avec ou sans handicap. Pour les uns et les autres, le sport c’est du plaisir, de la fierté, de la satisfaction.

Il y a "un avant et un après"

Présente lors de la journée Altéo Sport du 26 novembre dernier à Louvain-la-Neuve, elle dira combien elle a apprécié d’y rencontrer "tant de gens, tant de visages qui essaient de faire quelque chose qu’ils n’ont jamais fait. Le sport, amateur ou de compétition, c’est toujours le dépassement de soi. Avec ou sans handicap. Pour les uns et les autres, le sport c’est du plaisir, de la fierté, de la satisfaction".

Il est vrai que le handicap est un obstacle à la pratique du sport. Mais celui- ci n’est pas seulement physique : "Quand on est handicapé, on a tendance à anticiper la pensée des gens. On se doute de ce qu’ils vont penser… Il n’y arrivera pas… On se met ainsi des barrières supplémentaires, en plus de celles nombreuses qui nous empêchent de vivre au jour le jour."

Élodie reconnaît qu’il y a dans sa vie "un avant et un après" : "Le handicap que l’on essaye de cacher est devenu une force, une raison de vivre. Bien sûr, cela ne l'enlève pas. Je resterai handicapée jusqu’à la fin… Le fait que je retiens : mon handicap ne m’a pas empêché de réaliser ce que je voulais faire et il m’a permis de rencontrer beaucoup de gens…"

Pour en savoir plus ...

L’ensemble de cette rencontre, conduite par Patrick Verhaegen, est visible sur le site Internet www.alteoasbl.be.