Navigation
Retour à Avantages sociaux et aides aux familles

Certaines indemnités revalorisées

Lors de l'accord interprofessionnel 2017-2018, les interlocuteurs sociaux se sont accordés sur l'utilisation de "l'enveloppe bien-être" destinée à revaloriser les allocations sociales les plus basses. Plusieurs revalorisations interviennent au 1er janvier 2018 dans les secteurs des indemnités, des accidents du travail et des maladies professionnelles.


Majoration du plafond salarial

Pour le calcul des indemnités d’incapacité de travail, d’invalidité et de maternité, il est tenu compte du salaire du travailleur. Un plafond salarial est néanmoins fixé. Celui-ci est majoré de 0,8% au 1er janvier 2018 pour tous les nouveaux cas d'indemnisation. Cette majoration a pour conséquence une augmentation des indemnités maximales en incapacité primaire, en maternité, en invalidité, pour les congés de paternité et d'adoption ainsi qu'en cas d'écartement pré ou post natal. Et ce, exclusivement pour les risques sociaux qui débutent au plus tôt à partir du 1erjanvier 2018.

Revalorisation des indemnités des travailleurs en incapacité depuis 6 ans

Les travailleurs salariés devenus incapables de travailler entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre 2012 verront leurs indemnités d'invalidité augmenter de 2%. Cette mesure ne s’applique pas aux minima.

Revalorisation des minima pour les chefs de famille et les isolés

Les indemnités minimales "travailleurs réguliers" sont revalorisées de 0,7% pour les travailleurs salariés chefs de famille et isolés.

Revalorisation des forfaits d’incapacité pour les indépendants avec charge de famille et isolés

Tous les forfaits octroyés en incapacité primaire et en invalidité sont augmentés de 0,7% pour les travailleurs indépendants chefs de famille et isolés.

Revalorisation des indemnités de maladies professionnelles et accidents de travail de 6 ans

Les personnes non pensionnées, indemnisées à la suite d'un accident de travail ou d'une maladie professionnelle, verront leurs allocations ou rentes augmenter de 2% pour autant que leur incapacité de travail ait débuté en 2012.