Retour à Services

Avantages sociaux et aides aux familles

Depuis 2005, une loi impose au gouvernement fédéral de dégager tous les deux ans un budget pour revaloriser les allocations sociales les plus basses. Les syndicats et les organisations d'employeurs se sont accordés sur la répartition de l’enveloppe "bien-être" pour 2019 et 2020 (environ 1 milliard d'euros). Voici les principales revalorisations introduites au 1er juillet. D'autres suivront cette année en août et septembre.

En savoir plus

Depuis le 1er mai, le travailleur indépendant qui devient père ou coparent a droit à dix jours de congé indemnisés par sa caisse d'assurances sociales. Ce congé est réservé aux travailleurs indépendants à titre principal et aux conjoints aidants. Deux conditions sont exigées :  être en ordre de cotisations pour les deux trimestres qui précèdent celui de la naissance et prouver un lien de filiation ou de coparenté avec l’enfant.

En savoir plus

De nombreux enfants, adolescents ou jeunes adultes aident au quotidien un proche malade, handicapé ou dépendant. Une réalité d'autant plus méconnue que les jeunes aidants sont souvent pudiques à ce propos. Pourtant, lorsque la charge et la responsabilité deviennent lourdes, la santé, la scolarité et la vie sociale du jeune risquent d'en pâtir. Portraits et réflexions avec Julie Dupont, chargée de projets à l’ASBL Jeunes & Aidants Proches. 

En savoir plus

La déclaration d’impôts est une étape obligatoire pour toutes et tous. Il existe un avantage fiscal pour les personnes en situation d’invalidité ou reconnues comme handicapées : une majoration de la quotité exemptée d’impôts. En d’autres termes, il s’agit d’une plus grande part de revenus sur laquelle il n’y a pas d’impôt prélevé. Comment procéder pour en bénéficier ?

En savoir plus

Crainte d'apprendre une mauvaise nouvelle. Peur de ne pas tout comprendre ou de ne pas se souvenir de tout ce qui sera dit. Difficultés à s'exprimer… Parfois, la visite chez le médecin suscite des appréhensions. Peu de patients savent qu'ils peuvent se faire accompagner d'un parent, d'un ami ou de toute autre personne en laquelle ils ont confiance. Un soutien précieux qui n'exige pas de démarche compliquée.

En savoir plus

Les travailleurs salariés et indépendants qui adoptent un enfant peuvent s'absenter du travail pour prendre soin de cet enfant. La durée de ce congé a été harmonisée à six semaines, quel que soit l'âge de l'enfant, et sera allongée progressivement tous les deux ans. Par ailleurs, les salariés qui font le choix d'être famille d'accueil peuvent dorénavant bénéficier d'un congé similaire. Ces congés sont indemnisés par la mutualité.

En savoir plus