Retour à Services

Avantages sociaux et aides aux familles

Crainte d'apprendre une mauvaise nouvelle. Peur de ne pas tout comprendre ou de ne pas se souvenir de tout ce qui sera dit. Difficultés à s'exprimer… Parfois, la visite chez le médecin suscite des appréhensions. Peu de patients savent qu'ils peuvent se faire accompagner d'un parent, d'un ami ou de toute autre personne en laquelle ils ont confiance. Un soutien précieux qui n'exige pas de démarche compliquée.

En savoir plus

Les travailleurs salariés et indépendants qui adoptent un enfant peuvent s'absenter du travail pour prendre soin de cet enfant. La durée de ce congé a été harmonisée à six semaines, quel que soit l'âge de l'enfant, et sera allongée progressivement tous les deux ans. Par ailleurs, les salariés qui font le choix d'être famille d'accueil peuvent dorénavant bénéficier d'un congé similaire. Ces congés sont indemnisés par la mutualité.

En savoir plus

Les pensions alimentaires impayées représentent un problème majeur pour les familles monoparentales – dont les femmes sont majoritaires. Le Service des créances alimentaires (Secal) peut leur octroyer des avances à condition de ne pas bénéficier de ressources supérieures à 1.800 euros par mois. Vie Féminine exige un accès universel à ce service, indépendamment des revenus.

En savoir plus

Le 1er janvier est traditionnellement une date charnière à laquelle des mesures entrent en vigueur ou des montants de référence sont revalorisés. Étant donné que le gouvernement fédéral est entré en affaires courantes, l’application de plusieurs mesures est cependant retardée. C’est le cas de l’augmentation de la durée du congé d’adoption, de l’introduction d’un congé parental d’accueil familial et de la possibilité, pour un travailleur âgé de 65 ans ou plus (non pensionné), de bénéficier d’une indemnité en cas d’incapacité de travail et ce, pendant maximum 6 mois (1).

En savoir plus

À partir du 1er janvier prochain, quatre systèmes de prestations familiales cohabiteront dans notre pays. Un principe de base pour tous : c'est le domicile de l'enfant (selon l’inscription au registre de la population) qui détermine désormais le système qui lui est appliqué. Et un message commun adressé aux parents : aucune démarche n’est nécessaire. Le paiement des allocations familiales ne sera pas interrompu. Le point sur ce qui change (ou pas), région par région.

En savoir plus