Navigation
Retour à Soins dentaires

Chez le dentiste une fois par an

© Pixabay © Pixabay

Plus de la moitié des adultes membres de la Mutualité chrétienne (MC) n'ont pas poussé la porte du dentiste en 2016. Ce constat s'appuie sur une étude réalisée par la MC. Une visite annuelle est pourtant recommandée pour faire un examen et des soins préventifs (détartrage…), anticiper un éventuel problème et éviter un remboursement moindre l'année suivante.


Seuls 42,6% des adultes ont bénéficié d'au moins une prestation en dentisterie en 2016. C'est ce qu'indique l'analyse des attestations de soins dentaires des membres de la MC qui résident en Wallonie ou en Région bruxelloise. Ces résultats interpellent parce qu'ils sont moins bons que l'année dernière (44,1%) alors que, de surcroît, la population a été largement informée et sensibilisée à l'importance de consulter le dentiste en 2016 afin d'éviter d'être pénalisée financièrement par un remboursement moindre pour la plupart des soins dentaires en 2017 (lire ci-dessous).

D'autres constats interpellent :

  • Malgré la gratuité des soins dentaires pour les moins de 18 ans, la visite chez le dentiste dépasse à peine les 60% chez les 6-18 ans (61,87% en 2015 et 61,06% en 2016).
  • La fréquentation du dentiste est plus faible entre 18 et 30 ans et après 75 ans.
  • Proportionnellement, les bénéficiaires de l'intervention majorée (statut BIM) sont moins nombreux à avoir consulté le dentiste (35,4%) que les assurés ordinaires (44,3%).
  • En Flandre, 52,9% des membres ont consulté un dentiste en 2016. C'est moins que l'année dernière (55,6%) mais plus qu'en Wallonie et à Bruxelles (42,6%) en 2016.

Les bons gestes

Une visite annuelle chez le dentiste est plus que recommandée. Et veiller à son hygiène buccodentaire est un minimum : se brosser les dents deux fois par jour et passer le fil dentaire ou les brossettes inter-dentaires est indispensable pour garder de belles dents et un beau sourire.

Malgré ces conseils élémentaires, une carie peut se développer. En effet, certaines habitudes alimentaires (grignotage, consommation régulière de sodas…) peuvent entraîner une accumulation de plaque dentaire et, dès lors, la formation d'une carie.

La consultation annuelle permet au professionnel de faire les actes préventifs nécessaires, de s'assurer de la bonne santé des dents et de prodiguer des conseils d’hygiène buccale et alimentaire utiles. Lui seul peut repérer les lésions débutantes, parfois même un an ou deux avant l'apparition des premiers signes d'alerte ou la manifestation des premières douleurs. Frapper à sa porte, c'est s'assurer d'être soigné à temps et éviter des complications. Le dentiste effectuera généralement un détartrage, c’est-à-dire l'enlèvement du tartre minéralisé des dents au moyen d’ultrasons ou de moyens mécaniques, de sorte qu'une surface parfaitement lisse puisse être retrouvée. Ainsi débarrassées de la couche fixée de bactéries, les dents seront moins exposées aux caries, gingivites ou parodontites.

Éviter d'être pénalisé

Depuis le 1er juillet 2016, le "trajet de soins buccaux" incite les adultes à consulter régulièrement le dentiste. Il implique que, pour la plupart des soins dentaires (sauf consultations, traitements préventifs, orthodontie et parodontologie), le remboursement sera moins élevé pour le patient qui n'a pas consulté de dentiste l'année civile précédente. Donc les adultes qui n'auront pas reçu de soins dentaires en 2016 verront le montant de leur ticket modérateur augmenter en 2017.

Depuis ce 1er janvier, la mesure concerne également les bénéficiaires de l'intervention majorée (BIM) âgés de 18 ans et plus. Ceux-ci se verront porter en compte un ticket modérateur de 1 ou 2 euros pour de nombreuses prestations de soins dentaires s'ils n’ont pas consulté de dentiste l’an passé.

Pour en savoir plus ...

Consultez les nombreux conseils de la MC sur le parcours des dents saines à tous les âges de la vie sur www.mc.be/dento.

L'annonce, courant 2015, d'un remboursement moins important d'une prestation chez le dentiste en cas de non-visite l'année civile précédente a fait ses preuves.

En effet, les membres francophones de la MC ont été plus nombreux à contrôler leur santé bucco-dentaire cette année-là : + 3,8% par rapport à 2014 (de 41,9% à 45,7%).

Cependant, l'effet de la mesure contenue dans le trajet de soins buccaux (TSB) semble s'estomper en 2016, puisque 42,6% de ses membres se sont rendus dans un cabinet dentaire. Ceci est regrettable, d’abord en terme de santé dentaire de la population, ensuite parce que la pénalisation est toujours de vigueur et concerne un plus large public.

Les soins dentaires à la MC

Les soins dentaires sont souvent mal remboursés. Pour remédier à cette anomalie, la Mutualité chrétienne (MC) lance Dento solidaire, la couverture déjà comprise dans votre cotisation, et Dento +, une assurance à petit prix. Ces couvertures interviennent encore plus dans les frais d’orthodontie, de prothèses et de soins curatifs et préventifs. Elles sont accessibles à tous sans questionnaire médical et sans exclusion.