Retour à Prévention

Fatigue générale : un signal d'alarme

(c)iStock (c)iStock

"Et si on profitait de cette crise pour écouter nos fatigues et ce qu’elles ont à nous dire avant qu’elles nous consument ?" L'ASBL Question Santé, dans sa dernière publication, invite à réfléchir sur les fatigues contemporaines.


Les médecins sont de plus en plus souvent consultés pour cause de fatigue, et cela ne s'est pas amélioré avec la crise sanitaire. D'après l'Organisation mondiale de la Santé, le Covid-19 aurait plongé six européens sur dix dans une "fatigue pandémique", décrite comme "une fatigue nerveuse, un épuisement psychique qui peut mener à l'immobilisation".

Paradoxalement, la pandémie a aussi permis à certaines personnes de prendre du recul et de se rendre compte qu'elles "tiraient sur la corde" depuis des années. Dans une société qui pousse à la performance et impose un rythme effréné à une majorité de la population, la fatigue est souvent présentée comme un ennemi à combattre. Or, elle est peut-être avant tout un signal à écouter. Comme en témoigne Carine, "le confinement a aussi été, bon gré mal gré, une invitation à se recentrer, à se retrouver face à soi et à ses failles, à ses démissions, à ses problèmes non résolus et accumulés. À ce moment-là, les rythmes 'ordinaires' ont pu être vus comme ayant été un 'couvercle' posé sur tous ses aléas de la vie et sur tout ce que l'on s’impose à soi-même."

Les divers témoignages rassemblés au sein de la brochure "Mais pourquoi tant de fatigue(s) ?" rendent compte des nombreuses facettes du phénomène. Au-delà de facteurs évidents tels que le manque de sommeil et la maladie, la fatigue peut aussi naître d'un sentiment d'impuissance ou du poids de l'incertitude, d'un stress psychique qui se traduit sur le plan physique. L'épuisement n'est pas une maladie, mais un symptôme. De quoi ? Les origines de la fatigue sont multiples et ont évolué au fil du temps dans notre société.

Si la pénibilité du travail physique a globalement diminué, la charge mentale tend, elle, à s'accentuer. Question Santé donne aussi la parole aux historiens et sociologues, en se demandant si l'ampleur du problème ne justifie pas que l'on interroge "une société qui valorise l’énergie, l’action et nous bombarde de sollicitations, au détriment de la réflexion, de la rêverie, d’un repos au sein d’un foyer" plutôt que de se contenter "d’appeler à des changements de comportements individuels".

Pour en savoir plus ...

>> "Mais pourquoi tant de fatigue(s) ?" • Question santé • septembre 2021 • La brochure peut être téléchargée sur questionsante.org ou commandée au 02/512.41.74 ou par e-mail à info@questionsante.org.