Navigation
Retour à Médicaments

Gélule ou véhicule : il faut choisir

© Ph Turpin BELPRESS © Ph Turpin BELPRESS

La prise de certains types de médicaments est incompatible avec la conduite automobile. Les Belges, et particulièrement les Wallons, semblent avoir du mal à s'en convaincre.


Prendre des médicaments et saisir son volant : un problème ? Il semble bien que oui, particulièrement en Belgique, et surtout en Wallonie. En 2011, déjà, une étude menée dans 13 pays européens avait mis en évidence le fait que les Belges étaient ceux qui roulaient le plus fréquemment sous l'influence de médicaments qui altèrent les capacités de conduite (antidépresseurs, benzodiazépines, hypnotiques).

Début de cette année, l'Agence wallonne pour la sécurité routière a voulu en savoir plus, sondant 1.300 Wallons à ce sujet.

Verdict : 11 % ont déclaré rouler sous l'influence de tels médicaments une fois par semaine. Et 17 % une fois par mois. 

La comparaison entre ces deux enquêtes démontre, ajoute l'AWSR, que les Wallons restent plus concernés que la moyenne des Belges par l'association psychotropes/ conduite. Or les effets secondaires potentiels de tels produits sont nombreux : somnolence, difficultés de concentration, troubles de la vue, vertiges… 

Soutenue par une association de médecins (SSMG) et une autre de pharmaciens (AUP), une campagne rappelle en ce moment les précautions indispensables. D'abord, lire attentivement la notice. Ensuite, en Gélule ou véhicule : il faut choisir La prise de certains types de médicaments est incompatible avec la conduite automobile. Les Belges, et particulièrement les Wallons, semblent avoir du mal à s'en convaincre cas de doute, en parler avec son médecin ou son pharmacien. Évidemment, éviter plus que jamais toute absorption d'alcool en combinaison avec ce type de pilules et gélules. 

L'AWSR précise que la conduite dans un état analogue à l'ivresse résultant de médicaments est punissable par la loi. L'amende va de 1.600 à 16.000 euros. Une déchéance du droit de conduire peut être prononcée par le juge. L'Agence rappelle enfin que l'objectif de la Wallonie, pour 2020, est que la Région ne déplore, cette année-là, "que" 200 personnes tuées sur la route…