Retour à Médecine

Les vaccins contre le Covid sous la loupe (3/3)

par Candice Leblanc et Joëlle Delvaux -

(c) Yasmine Gateau (c) Yasmine Gateau

La recherche est un mouvement perpétuel. Des hypothèses sont confirmées, d'autres infirmées, de nouvelles questions sont posées. D'études en études, les connaissances s'affinent. À l’heure où plus de six milliards de doses de vaccins anti-Covid ont été administrées dans le monde, En Marche fait le point sur ce que la science et la recherche nous apprennent à leur sujet... et sur ce qu’il nous reste à découvrir. Troisième point : vade-mecum pour les femmes.


Pourquoi la vaccination est-elle recommandée aux femmes enceintes ?

Le Covid augmente le risque de com­plications tant pour la mère que pour l’enfant. C’est moins le virus en tant que tel qui est dangereux pour le foetus que les effets de la maladie sur un corps naturelle­ment affaibli par la grossesse. "La physiologie de la femme enceinte est modifiée à plu­sieurs niveaux, rappelle le Pr Frédéric Debiève, chef du service d’obstétrique des Cli­niques universitaires Saint-Luc. Son système immunitaire est plus faible, son coeur tra­vaille davantage, sa fonction respiratoire est amoindrie, son sang coagule plus, etc. Dans les formes sévères du Covid, ce sont justement les systèmes vasculaire et cardiorespiratoire qui sont affectés. Or, si la maman manque d’oxygène, forcément, son bébé en manque aussi. Ce qui peut déclencher une fausse couche ou une naissance prématurée, ou même pro­voquer le décès de la mère si son cœur lâche…"

Pourquoi les vaccins d’Astra Zenecca et de Johnson & Johnson augmentent-ils (légèrement) le risque de “thrombose” ?

Il ne s’agit pas de toutes les throm­boses (formation de caillot sanguin), mais du syndrome thrombotique thrombocytopénique (SST). Cette forme très particulière de thrombose accompagnée d’un manque de pla­quettes est un effet secondaire très rare, mais possible des vaccins à vec­teurs viraux. Cela dit, le risque de thrombose peut aussi être majoré par d’autres facteurs, notamment… la grossesse ! En effet, pour pallier les futures pertes de sang qui auront lieu lors de l’accouchement, le sang de la femme enceinte coagule naturel­lement beaucoup plus. Ce faisant, être enceinte multiplie le risque de thrombose par quinze… soit beau­coup plus que le vaccin anti-Covid !

Les vaccins anti-Covid peuvent-ils induire des troubles de la fertilité ?

Aucun vaccin n’a jamais induit de troubles de la fertilité. Cela dit, com­me la plupart des fake news, celle-ci contient un (vague) fond de vérité. À savoir que la protéine Spike a quelques acides aminés en commun avec une autre protéine exprimée par des cellules du placenta. D’aucuns s’ima­ginent donc qu’un vaccin anti-Covid pourrait s’attaquer à ces cellules pla­centaires, empêchant ainsi le bon déroulement d’une grossesse. "C’est doublement faux ! répond le Pr De­biève. Cela reviendrait à affirmer qu’une pomme et une banane sont identiques sous prétexte qu’elles contiennent toutes les deux du sucre ! Si vraiment les anticorps dirigés contre le SARS-Cov-2' attaquaient' les cel­lules du placenta, nous aurions ob­servé une augmentation des difficul­tés à concevoir chez les femmes ayant été vaccinées ou infectées par le Co­vid, ce qui n'est pas le cas, nulle part." 

Les vaccins anti-Covid peuvent-ils perturber le cycle menstruel ?

Un cycle prolongé ou raccourci, des règles plus douloureuses, des sai­gnements plus abondants ou plus lé­gers ou ménopausiques… En Europe, quelques centaines de femmes ont signalé des troubles inattendus de leur cycle menstruel à la suite d'un vaccin à ARNm. Après analyse par les agences du médicament, aucune re­lation de cause à effet n’a pu être éta­blie. Et, comme le rappelle le Pr De­biève, "de nombreux facteurs peuvent perturber le cycle menstruel : le stress, la peur du vaccin, une modification du mode de vie, etc."

Les autorités sanitaires gardent la situation à l’oeil, mais ne sont pas inquiètes : qu’il soit ou non lié à la vaccination, le phénomène est tran­sitoire ; le cycle redevient normal ra­pidement. Dans le cas contraire, il est conseillé aux femmes concernées de consulter un gynécologue, car un au­tre problème sous-jacent est peut-être en cause.

>> Le dossier complet sur les vaccins anti-covid sous la loupe, publié sur deux pages, est disponible en PDF

Aucun vaccin n’a jamais induit de troubles de la fertilité.