Navigation
Retour à Médecine

Dépression n'est pas déprime

© Pixabay © Pixabay

La pression de la vie quotidienne provoque chez certains d'entre nous, à des degrés et des moments divers, un état de stress et de fatigue, un sentiment d'injustice, des épisodes de découragement. Sur ces états passagers – et tellement humains – on a trop souvent tendance à accoler l'étiquette de "dépression".


Dire "dépression" est parfois est un raccourci pratique mais aussi une déformation de la réalité. Car les variations de l'humeur sont normales et chacun les rencontre à plusieurs moments de l'existence. Elles font partie de la vie. Ce qui caractérise une véritable dépression, c'est la multiplicité des signes, la tristesse et la souffrance ressentie. Une dépression n’est pas une déprime, un moment de cafard, une période de découragement ou un coup de blues passager, même intense

Les signes parlants de la dépression

Les signes de la dépression sont variés ; la tristesse et la souffrance sont constantes. Les signes peuvent être présents à différents degrés de gravité. La tristesse accable la personne déprimée. Dans les formes les plus graves, celle-ci a perdu tout plaisir et tout intérêt pour ce (et ceux) qu’elle aimait. Elle se sent isolée, coupée de ses proches. Elle n’a plus goût à rien, elle apparaît indifférente et peu enthousiaste. Elle se dévalorise ("Je ne suis bon(ne) à rien…"), elle se sent coupable, notamment de ne pas aller mieux. Un sentiment de souffrance est présent ; celle-ci est d’intensité variable. Dans les for mes sévères de dépression, elle dure longtemps et perturbe de manière importante la vie quotidienne.

De multiples symptômes se greffent à la dépression : anxiété, irritabilité, lassitude, manque d’énergie, perte de libido, pleurs, fatigue anormale qui ne cède pas au repos, troubles du sommeil ou de l’appétit (envie de sucre ou amaigrissement), maux de tête, maux de ventre, problèmes de mémoire, d’attention ou de concen - tration. La personne peut cultiver des pensées négatives ou même suicidaires. La dépression, dans ses formes les plus sévères, est une cause importante de suicide. Les idées suicidaires de la personne déprimée sont à prendre au sérieux par l’entourage. Elles doivent être signalées au médecin généraliste. La dé- pression exige une prise en charge suivie, après la pose d'un diagnostic par le médecin de famille.

Réfléchir à ajuster son mode de vie

Ce sont les adultes qui connaissent le plus la dépression. Mais cette maladie n’exclut ni les enfants ni les personnes plus âgées. La dépression est le résultat d'un ensemble de mécanismes biologiques, psychologiques et environnementaux, dont on ne connaît pas encore bien les interactions. De multiples facteurs peuvent contribuer au déclenchement d'une dépression ; certains sont liés au passé personnel, à la personnalité, aux stress subis. Une prédisposition génétique s’y ajoute parfois. Souvent, un évènement ressenti comme négatif (chômage, divorce, deuil) précède la dépression. Mais la dépression n'est pas une fatalité : elle ne dure qu'un temps (parfois trop long) et on finit généralement par en guérir. C'est souvent l'occasion d'une réflexion pour ajuster son mode de vie et ses priorités. Cependant, un suivi médical est indispensable pour obtenir un soutien et un traitement personnalisés. Le risque de rechute est réel. La dépression chez une personne âgée est parfois plus difficile à reconnaître, particulièrement lors - que les plaintes sont surtout physiques. Elle peut aussi évoluer de manière plus grave.

Chercher l’issue

La dépression a des causes complexes et multiples : il est difficile d’en sortir seul. Le médecin gé- néraliste propose les traitements les plus adaptés à la personne et à la forme de sa maladie (légère, modérée ou sévère). Ils vont de changements d’hygiène de vie alliés à une psychothérapie, à un soutien médicamenteux.

Il est conseillé au patient déprimé :

  • de dormir suffisamment et d’avoir des horaires réguliers pour le coucher et le lever ; 
  • d’éviter, certainement dans l’a près-midi et en fin de journée, la consommation d’excitants comme le café, les boissons énergisantes, les colas… ; 
  • de structurer sa journée en alternant des périodes d’activités et des périodes de repos ou de détente ; 
  • de pratiquer quotidiennement une activité physique, comme la marche (30 à 60 minutes).

La psychothérapie et l’écoute adaptées constituent un traitement efficace. Ils permettent de mieux gérer la maladie, de donner du sens à ce que vit la personne, de combattre son sentiment de dévalorisation, de la rendre actrice de sa thérapie. Parfois, le médecin généraliste assure cette indispensable écoute attentive. Dans d’autres cas, il préfère faire appel à un psychologue ou à un thérapeute plus spécialisé. Les mesures d’hygiène de vie et la psychothérapie, toujours recommandées, permettent généralement une amélioration en cas de dépression légère à modérée.

En cas de dépression modérée à sévère, l’emploi de médicaments spécifiques – comme les antidépresseurs – s’impose parfois. Ils sont prescrits pour une durée de six mois au moins. Ils contribuent à atténuer les symptômes, à prendre un certain recul pour rendre la situation supportable, mais ils ne règlent pas les problèmes. La psychothérapie et les antidépresseurs sont considérés comme complémentaires. Leur alliance permet de parvenir aux changements durables qui aident la personne à retrouver le goût de sa vie. Dans certains cas, une consultation chez un psychiatre ou une hospitalisation s’avèrent nécessaires.

Pour en savoir plus ...

Pour mieux comprendre la santé et celle de votre entourage, consultez le site www.mongeneraliste.be, partenaire de la MC.

Réalisé par des médecins de famille, il offre une information sérieuse et validée

Récit

"Papa est fatigué"

Quand une jeune fille constate la dépression dont souffre son papa, elle est prête à tout pour lui redonner le goût de vivre. Un récit sonore pédagogique, rythmé et dynamique, qui parle en toute simplicité de la dépression aux enfants.

Emmanuelle, "Manu" pour ses proches, identifie, du haut de ses dix ans, que quelque chose dysfonctionne à la maison. "Depuis quelques semaines, papa, il n'est jamais vraiment content. On dirait que je l'énerve." Le père qu'elle connaît n'est plus le même. Il oublie de préparer la boîte à tartines pour l'école, fait des grasses matinées en semaine, reste de longues heures dans le divan devant la télé ou son téléphone, ne sort plus de la maison… "Il est comme dans la lune, déplore Manu. Il a l'air de s'ennuyer. Ça ennuie ma mère. Moi aussi, ça m'ennuie. Je ne sais pas comment tout ça a commencé. Ça nous rend tristes de le voir comme ça."

Un matin, elle trouve une boîte de médicaments sur la table de la cuisine. Dessus, il est écrit "antidépresseur". Manu prend le téléphone et demande à son interlocuteur : "c'est quoi comme maladie la dépresseur ?"

Une voix usée lui répond : "La dépression est une maladie de notre cerveau qui donne des pensées tristes. On se sent nul. Quand on a une dépression, on a plus le goût de rien. On pleure des fois sans savoir pourquoi. On est plus grognon avec les gens qu'on aime… On est fatigué sans avoir rien fait de particulier." Puis, par un effet sonore, la voix, identifiée désormais comme celle d'une pédopsychiatre, est extraite du combiné pour discuter avec Manu : insomnies, manque ou excès d'appétit, discrétion des symptômes… Elle la rassure : "La dépression n'est pas contagieuse. Ne t'inquiète surtout pas, tu ne peux pas l'attraper à la maison." La discussion se poursuit sur l'utilité d'une aide médicale et d'un accompagnement par une personne qui dispose d'outils précis et efficaces pour aider son papa. Quelqu'un qui va "l'aider à enlever ses lunettes noires qui rendent tout gris et tout triste".

Manu déploiera moult efforts pour aider son papa. Jusqu'à l'organisation d'un événement re tentissant. Parfois, la réaction du père sera imperceptible. À d'autres moments, il esquissera un discret sourire. Entre déceptions et petites victoires, Manu sera épaulée par cette voix rassurante qui rythme ce récit audio par ses conseils et recommandations. Le tout dans un habillage sonore étoffé, un montage dynamique qui n'offre aucune longueur, avec parfois, une petite note de ce charmant accent québecquois. 

>> À écouter sur www.magnetobalado.com, onglet "le podcast de Magneto", trouver Papa est fatigué dans le menu déroulant.

>> Papa est fatigué • 22 min env. • Textes de Marie-Laurence Rancourt, conception sonore par Magneto.