Retour à À suivre

L'an neuf et ses éternelles promesses

L'an neuf et ses éternelles promesses © Masterfile_Radius Images_BELGAIMAGE

Belles promesses du Nouvel An. Chaleureux souhaits partagés en famille. 2016, c'est juré : on se verra plus souvent… Et aussi, on veillera à se ménager du temps, à profiter plus de la vie, à soigner notre corps, à abandonner nos mauvaises habitudes, etc. Les bonnes résolutions sont de coutume. Les abandonner en cours de route aussi.


Certaines dates du calendrier, parce qu'elles introduisent une rupture dans la routine quotidienne, seraient propices aux "nouveaux départs". Un effet fresh start comme l'observent des chercheurs américains qui ont analysé, entre autres, l'usage du mot "régime" au lendemain des fêtes.

Pourtant, à bien y réfléchir, un chiffre en plus sur le calendrier, est-ce que cela change vraiment quelque chose ? D'aucuns avancent que oui. Pour les êtres humains que nous sommes, les balises dans le temps seraient vitales. Comme l'alternance jour/nuit, comme le cycle des saisons ou encore le rythme des semaines, le séquençage en années fait partie intégrante de nos vies. Nos existences adoptent volontiers la cadence. Avec d'autant plus d'entrain que ce passage à l'année nouvelle concerne un grand nombre d'autres humains aux alentours et marque une forme de renaissance.

Entendons-nous, nos résolutions de début d'année ne verseront pas nécessairement dans l’exceptionnel. Les plus courantes vont de la perte de quelques kilos à l’arrêt de fumer, en passant par la reprise du sport… ; même si la créativité en la matière est potentiellement infinie. Des souffleurs électroniques d’idées viennent en aide à ceux qui seraient en mal d’intentions ou à la recherche de l’insolite.

Certaines dates du calendrier, parce qu'elles introduisent une rupture dans la routine quotidienne, seraient propices aux "nouveaux départs".

Par contre, le problème résidera dans la durée, dans l'après-déclaration de bonnes intentions. Sur le chemin du changement, les tentations et les risques d'abandon sont légion. Manque de volonté ? Engagement hâtif dans un projet insuffisamment préparé ? Résolution prise pour correspondre aux souhaits de son entourage mais à laquelle on adhère peu soi-même ? Démesure des intentions de changement ? Habitude à la procrastination – c'est-à-dire à remettre au lendemain ce que l’on devrait faire le jour même ? Elles sont multiples les raisons de voir s'évanouir dans la nature les bonnes résolutions une fois formulées.

Et là aussi le monde du virtuel semble avoir saisi le créneau. Ici, une liste de résolutions à cocher et à s’auto-envoyer en rappel. Là, l'élaboration de véritables plans d'actions dignes des stratégies d'entreprise. Là encore, le recours à un soutien par PC interposé. Une manière interactive et chiffrée de remplacer les post-it qui nous rappellent nos engagements ou le petit calepin de nos messages personnels.

Comme l'explique Guy Sydor, psychologue et webmaster à l'origine d'un site de suivi personnalisé (1) : "Il est nécessaire de garder ses objectifs en tête. Pas facile lorsqu'on a un emploi du temps fort chargé ! Personnellement, j'utilisais des petits papiers sur lesquels j'inscrivais mes objectifs, à la manière de 'to do-lists'. Rapidement mon bureau en était rempli et je devais tout réorganiser. J'ai alors eu l'idée de créer cet outil qui me rappellerait mes objectifs à des moments déterminés. Plus besoin de petits papiers !"

Ne soyez pas trop ambitieux, ne soyez pas trop discret non plus sur vos résolutions, ne vous dispersez pas dans des projets divers et variés, n'imaginez pas que vous allez changer du tout au tout… Les conseils fourmillent pour accompagner les plus résolus. Les messages de déculpabilisation en cas d'échec aussi. Car il n'est pas facile de ménager notre liberté de prendre telle ou telle résolution et l'obligation morale que nous portons vis-à-vis de nous-même à la réaliser. Sacré combat avec nous-même…

Et si on réfléchissait à la manière de fêter nos résolutions, d'enterrer celles que l'on aura atteintes ou celles que l'on aura abandonnées, de re-booster celles qui sont en bonne voie ?


À suivres précédents

Ouvrir

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre lettre électronique sur le site de la Mutualité chrétienne via notre applicatation "Préférences de communication par e-mail". Vous n'êtes pas membre MC et vous souhaitez vous abonner à notre lettre électronique, envoyez un courriel à l’adresse enmarche@mc.be