Retour à Cinéma

Travail: la confiance rapporte plus que le contrôle

© Le bonheur au travail © Le bonheur au travail

D'octobre à juin, PointCulture nous convie à causer "boulot". Un thème qui concerne bon nombre d'entre nous. Via des expositions, des conférences, des projections, etc., ces lieux de réflexions à Bruxelles et en Wallonie nous invitent à apprendre, à échanger autour du travail, et à nous poser des questions : que propose la société de demain en la matière ? Y a-t-il un "autre travail possible", voire souhaitable ? Le débat est lancé avec la projection du film "Le bonheur au travail".


"11% des travailleurs se lèvent le matin avec le sourire, 58 % sont désengagés et 31% vont au boulot avec un sentiment négatif, qui en fait des saboteurs. La question est de savoir si ces personnes étaient déjà comme cela lorsqu'elles ont été engagées." C'est par ces conclusions qu'Isaac Getz, consultant scientifique, ouvre le documentaire de Martin Meissonnier. Pas folichon, tout cela. Comment en est-on arrivé là ? En généralisant un système pyramidal, hyper hiérarchisé, au départ utilisé dans l'armée pour gommer les émotions et les particularités des uns et des autres. Cela semblait être la meilleure solution pour amener les soldats à faire ce qu'on attendait d'eux. Ce système a été copié et collé au sein des entreprises, les transformant, pour nombre d'ouvriers et d'employés, en des structures étouffantes, garnies de nombreuses grappes de "grands chefs", "chefs" et "sous chefs". Au fil des décennies, les exigences envers les travailleurs ont fortement évolué. La révolution numérique a fait son appartion. Et bon nombre de structures semblent figées. Doit-on considérer qu'il n'y a pas d'autres moyens de faire fonctionner une entreprise ?

Être une "entreprise libérée", ce n'est pas si difficile

Le documentaire "Le bonheur au travail" nous présente toute une série de modèles alternatifs. En Belgique, en France, en Inde, aux États-Unis, des structures publiques et privées ont osé un modèle différent. Et, très souvent, cela fonctionne bien. Ce qui veut dire que la boîte ou le service, loin d'avoir coulé, a augmenté ses bénéfices ou sa productivité tout en proposant à ceux qui la constituent d'autres manières de procéder. Le point commun à ces modèles alternatifs ? On remplace le contrôle par la confiance. Les moyens sont variés, les résultats souvent positifs. À la biscuiterie Poult (France), on a supprimé toute forme de hiérarchie intermédiaire. Les décisions concernant l'ensemble des secteurs de l'entreprise sont prises en petits groupes mixtes : ouvriers, employés, cadres y participent sur base volontaire. Les anciens "chefs" sont maintenant des conseillers, qui offrent leur aide et transmettent certains savoirs. Les uns donnent ainsi du sens à leur job, se sentent écoutés, et savent que leurs idées peuvent faire évoluer l'entreprise. Les autres croient en la faculté de l'individu à être responsable et en la capacité du groupe à s'organiser lui-même. À travers le documentaire, d'autres techniques sont envisagées : le télétravail, le remplacement des horaires par des objectifs, l'amé - lio ration continue, le sentiment de faire des choses qui élèvent, d'être maître de son destin. On parle ici de respect, de relations humaines, davantage que d'offrir une salle de sport, des massages ou de la nourriture. Le film de Martin Meissonnier insuffle un bol d'air frais dans un monde où l'on peut parfois souffrir d'une atmosphère viciée. Il filme des personnes qui ont décidé de remettre l'homme au centre de la production et qui pensent que faire autrement, c'est faire davantage confiance à ceux qui font.

Pour en savoir plus ...

"Le bonheur au travail" • documentaire de Martin Meissonnier • 2014 • 1h24 • ARTE France

Les projections :

Vendredi 5 octobre :

PointCulture ULB Ixelles

18h | Projection "Le Bonheur au travail" 19h30 | Le Bonheur au travail ? ÇA S’DÉBAT!

Confiance, liberté, créativité : existe-t-il des recettes de bonheur au travail ? Que nous enseignent les exemples d’entreprises dites "libérées"?

ÇA S’DÉBAT! Une action du Centre Vidéo de Bruxelles en collaboration avec Libération Films

Le premier verre est offert !


Samedi 6 octobre :

PointCulture Bruxelles

16h | Projection "Le Bonheur au travail"

En présence du réalisateur, Martin Meissonnier (sous réserve).

Suivi d’un apéro/débat.

 

PointCulture Liège

16h | Projection "Le Bonheur au travail"

18h | Vernissage de l'exposition Temps de travail - Mesures et démesures

19h | La Magie du burn-out - Conférence gesticulée par Lisette Lombé

L’écrivaine présentera son livre "La Magie du burn-out" qui alterne témoigna - ges, lectures-performances et échanges autour de thématiques plurielles : essoufflement professionnel, signes avantcoureurs, souffrance et bien-être au travail, résilience…

 

PointCulture Louvain-la-Neuve 

De 15h à 18h | Vernissage - Être, plastique

Entre questionnements sur notre personnalité et notre rapport à l’environnement, cette exposition tente de sensibiliser au travail de la récupération et du détournement. Exposition collective de l'ASBL Apides - entreprise de formation par le travail.

De 18h à 21h | Projection "Le Bonheur au travail".

Débat avec Thomas Périlleux (UCL), Christophe Oudot – fondateur et facilitateur de joie au travail chez Human&Co.

 

PointCulture Charleroi

16h l Projection "Le Bonheur au travail"

Lieu : Bibliothèque de l'UT, Boulevard Gustave Roullier 1, 6000 Charleroi