Navigation
Retour à Psychologie

Le bonheur des uns, le bonheur des autres ?

© Photoalto Belgaimage © Photoalto Belgaimage

Le 20 mars, c’est la Journée mondiale du bonheur. Et les chercheurs en psychologie positive sont unanimes : entretenir de bonnes relations sociales contribue au bien-être physique et mental. Dès lors, quelles sont les clés disponibles pour aider à tisser des liens nourrissants et soutenants ? Comment développer des relations de qualité tout en étant en bonne relation avec soi-même ?


Nous sommes des êtres de relations. De nombreuses études ont montré que le développement physique et psychologique d'un nourrisson est menacé par le manque de stimulation et de contacts humains. En grandissant, ce besoin de contacts persiste, même si les compétences et les ressources augmentent. Le besoin de relations est tellement important que l’équilibre personnel en dépend en partie.

Pour preuves : par peur de ne plus être aimé, certaines personnes s'effacent, se sacrifient… Par peur de déplaire, elles peuvent aussi s'oublier ou faire de mauvais choix.

Adopter une vision plus optimiste

Si les relations sociales sont essentielles, elles n’en demeurent pas moins relativement compliquées à tisser. Il existe plusieurs freins au développement de ces dernières. Il y a notamment l’impression que l’humanité va de plus en plus en mal et qu’il est difficile de construire des relations basées sur le respect, l’équité et la solidarité. On entend dire : "les gens ne pensent plus qu’à eux-mêmes, c’est chacun pour soi". Le risque de ce mode de pensée est un repli sur soi et le développement d’une méfiance envers les autres.

Il est peut-être temps de revoir certaines idées. La représentation permanente de la violence et de la malhonnêteté peut inciter à croire que l’homme n’est pas "bon". Or, en cas de catastrophes, les actes d’entraide sont beaucoup plus nombreux que les vols ou les pillages.

Dans le même ordre d’idées, des études montrent que, même chez les tout-petits, l’empathie existe déjà : de très jeunes enfants mis en présence d’un petit en difficulté vont chercher à l’aider. Nombreuses sont les personnes à vouloir faire preuve de bienveillance, et ceci devrait encourager à faire les premiers pas vers de nouvelles relations ou à (re)nourrir des relations existantes (couple, famille, groupe d’amis, milieu associatif…).

Être en bonne relation avec les autres et… avec soi

Pour une vie sociale épanouie, il est utile de reconnaître le besoin des autres d’une part, et, d'autre part, d'avoir conscience du potentiel et des ressources personnelles. La première relation qui devrait être soignée est la relation à soi-même. Or, être en bons termes avec soi-même n’est pas une évidence pour tout le monde. Il suffit d’écouter ses petites voix intérieures, plus particulièrement la façon dont on se traite en cas de difficultés. Combien de reproches à soi-même, d’autocritiques… s'inflige-t-on en comparaison aux messages positifs auto-octroyés ?

Se "blâmer" en cas d’erreur ou d’échec est une mauvaise habitude souvent acquise dans le passé. Le résultat : trop de sentiments de culpabilité et trop peu de bienveillance à l'égard de soi-même. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’apprendre à bien se traiter. Pour cela, il est important de redonner sa juste place à la valorisation car c’est ce qui va aider à développer une meilleure confiance en soi. Il est d’ailleurs prouvé que l’on apprend mieux avec des renforcements positifs (des félicitations pour ce qui va bien) qu’avec des renforcements négatifs (des punitions pour ce qui va mal).

Porter sur soi un regard positif est non seulement nécessaire à l'équilibre mais aussi au développement de bonnes relations avec les autres. Autrement dit, être en bonne relation avec soi-même permet de vivre un lien à l’autre plus harmonieux. Il n’est donc en aucun cas question d’égoïsme !


Pour en savoir plus ...

>> Plus d'infos : www.jepenseaussiàmoi.be.

La Journée mondiale du bonheur !

Le 20 mars, c’est la Journée mondiale du bonheur ! À cette occasion, prenez soin de votre bien-être et de celui de votre entourage en portant ou en offrant les bracelets colorés et percutants de la campagne “Je pense aussi à moi” !

Choisissez votre message : "Je veux être parfaite mais je me soigne", "Silence… je rêve !", "Je dois arrêter de dire je dois" ou "Ne pas oublier : penser à moi".

Commandez dès à présent les bracelets via www.jepenseaussiàmoi.be/contact ou infor.sante@mc.be.

Outils diffusés jusqu’à épuisement des stocks. Commande de deux bracelets maximum par personne.