Recherche :

Loading

La rédaction

Newsletter

Nous contacter

Une erreur dans votre adresse postale ?
Signalez-le

Actualité

Culture

International

Mutualité Service

Santé

Société

Nos partenaires

Visitez le site de la Mutualité chrétienne

 Jeunes (1er février 2007)

 

Les jeunes et internet

Risques réels ou virtuels sur la toile?

Le 6 février prochain est la journée “Safer Internet”. Cette journée vise à promouvoir une plus grande sécurité sur Internet pour tous les utilisateurs et en particulier les jeunes. Effectivement, Internet peut comporter une série de risques pour les mineurs. Les pièges sont nombreux mais pas inévitables...

 

Les jeunes sont nés avec Internet et sont en général bien plus “calés” que leurs aînés. Ils jonglent sur la toile avec une étonnante dextérité mais pas toujours de manière réfléchie. Même si les parents, professeurs et éducateurs n’ont pas une connaissance étendue des technologies de l’information et de la communication (TIC), ils ont cependant l’expérience et le regard critique plus aiguisés à même de guider les jeunes.

 

Aiguiller et surveiller de loin

Pour surfer sur Internet, il y a un minimum de règles à respecter. Il est utile d’apprendre à nos enfants à prévenir un adulte lorsqu’ils veulent surfer sur Internet. A six ans, certains bambins naviguent déjà aisément. Il n’est pas rare qu’ils tombent sur des sites qui ne leur sont pas destinés lors de leur navigation. On pense à des sites pornographiques à même de choquer les enfants mais de simples pop up de sites de jeux de casino, de publicités pour des sites de rencontres... peuvent perturber leur bonne navigation. La présence d’un adulte dans les parages n’est donc pas inutile! Une fois sur le Net, les enfants auront à réaliser des choix de sites appropriés à leur âge. Il ne faut pas croire que les enfants sont d’une étonnante curiosité sur Internet. Bien souvent, ils préfèrent retourner sur des sites connus, conseillés par leurs copains et adaptés à leur âge. Guider leurs premières recherches et installer une série de sites sympas dans une valise “favoris” qui leur est destinée peut donc être utile.

 

Ne pas se dévoiler

Il faut leur conseiller d’utiliser systématiquement un surnom sur les forums, les chats ou les sites d’échanges, leur expliquer qu’ils ne doivent pas divulguer leur mot de passe à tout va. Ils doivent aussi apprendre à ne pas révéler toute une série de données privées sans demander conseil à un adulte. De nombreux sites cherchent à glaner un maximum d’informations privées dans un objectif de marketing. Une enquête de l’Université d’Anvers (1) a constaté que près de 8 sites Internet sur 10 destinés aux enfants et aux adolescents collectent des données personnelles. On demande aux jeunes de donner leur nom (à 81%), des coordonnés telles que l’adresse e-mail (87%), l’adresse du domicile (54%), le numéro de téléphone (32%) ou de GSM (19%), mais également des caractéristiques personnelles comme l’âge (37%), le sexe (15%), le passe-temps, la nationalité ou l’éducation scolaire. Les jeunes enfants ont malheureusement tendance à remplir sans discernement toutes les “cases” pour gagner l’I-pod ou la trottinette de leur rêve!

 

Tout ce qui est sur Internet n’est pas vrai!

L’esprit critique, voilà une notion principale que doit développer tout bon internaute en herbe. En effet, lorsqu’on commence une recherche, via Google par exemple, en tapant quelques mots clés, comment faire le tri des informations trouvées? Comment reconnaître un site digne de confiance? Comment savoir s’il s’agit d’un site qui donne une information officielle fiable, d’un site qui peut-être est celui d’une secte ou d’un site d’infos ragots non vérifiées? L’adulte pourra être un bon guide pour apprendre à l’enfant à distinguer par exemple une biographie romancée d’un chanteur sur un blog de fan et une biographie encyclopédique sur un site reconnu comme Wikipédia. Il pourra apprendre au jeune à recouper l’information en allant chercher ses renseignements sur plusieurs sources différentes et ainsi lui permettre de se forger sa propre opinion.

 

Un monde sans foi ni lois?

L’enquête Médiappro (lire ci-dessous) révèle que près de 40% des jeunes belges francophones ont un blog. Là aussi, les jeunes ne sont pas toujours conscients de ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire. L’exemple le plus classique reste celui du jeune qui surprend en photo un ou une camarade de classe dans une situation embarrassante et qui publie l’image sur son blog. Une telle pratique a un nom: le cyber harcèlement! Les limites des jeunes sont plutôt instinctives mais ils ne sont absolument pas au courant des lois en vigueur sur le respect de la vie privée, les sanctions pour propos diffamatoires, injurieux ou racistes, les droits d’auteurs, la propriété intellectuelle… Idem pour le téléchargement… les jeunes savent que c’est une pratique pas trop légale mais ne mesurent pas vraiment les risques qu’ils encourent. Beaucoup se croient (à tort) protégés par leur anonymat. Lorsqu’on évolue anonymement, on n’assume pas toujours la responsabilité de ses actes… Et pourtant, un internaute averti devrait savoir que l’anonymat complet n’existe pas sur Internet, que des programmes permettent de détecter et d’analyser le moindre clic de souris d’un ordinateur et de localiser ce dernier.

Une jungle Internet? Non loin de là! Internet est un formidable outil de communication et de connaissance, un puissant mécanisme d’information et de diffusion. Comme tout média, Internet a ses propres règles qu’il faut apprendre à connaître tout simplement.

Françoise Robert

 

(1) www.e-privacy.be

 

Infos: www.saferinternet.be , CRIOC, Bd Paepsem 20 - 1070 Bruxelles, 02/547.06.11 ou Child Focus, av. Houba de Strooper 292 - 1020 Bruxelles, 02/475.44.11.

 

 

Un surfeur averti...

Les outils pour naviguer sur la toile en toute sécurité sont multiples. Petit tour d’horizon de liens utiles...

 

www.saferinternet.be  ► C’est le site de la plate-forme belge Safer Internet soutenue par l’Union européenne. Cette plate-forme rassemble le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, le Centre d’Information et d’Avis sur les Sectes nuisibles, Child Focus, la fédération belge des fournisseurs d’accès à Internet et le Centre de Recherche et d’Information des Organisations de consommateurs...

On trouve sur ce site: Le jeu Sourifou à destination des 6-9 ans, le jeu Matmonblog qui permet aux 9-12 ans de créer un blog en simulation, un lien vers le site pour ados Web4me, une liste de liens utiles très complète, les actes du colloque “Les mineurs sur le Net: risques virtuels ou réels” organisé par la plate-forme le 31 mai 2006, des Fiches pédagogiques à destination des enseignants... Bref une mine d’infos autour de la sécurité et d’Internet.

www.web4me.be  ► Le site de “premiers secours” pour les jeunes internautes ! Ce site répond aux questions des jeunes ados confrontés aux dérives virtuelles du racisme, du voyeurisme, des arnaques, des sectes en ligne et autres pratiques douteuses. Ils y trouveront aussi des solutions à leurs problèmes techniques.

www.clicksafe.be  ► Ce site, issu d'une collaboration entre le Cabinet de la Justice, la Police Fédérale et Child Focus, informe les enfants via des situations “types” des risques potentiels d’Internet. Il se divise en 4 parties : enfants, ados, parents et professeurs.

www.cyberhate.be  ► Ce site du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme permet de signaler des propos haineux ou racistes rencontrés sur Internet.

www.arnaques.be  ► Des centaines d'arnaques, escroqueries, incivilités, abus de confiance et malversations sont présentées, analysées et décodées. Des conseils expliquent comment réagir.

www.hoaxbuster.com  ► LE site-ressource pour détecter les canulars du web. Ce site (en français) permet d’identifier les avertissements de virus, appels à la solidarité et autres messages alarmants... reçus par mail.

www.internetsanscrainte.fr  ► ou comment protéger son enfant sur Internet. Grâce aux dessins animés des petits personnages Vince et Lou, les enfants pourront comprendre une série de notions liées à Internet. Les adultes trouveront également de nombreuses infos sur cet excellent site.

www.kidcity.be  ► site de loisirs très sécurisé pour les enfants qui propose jeux, quizz, informations, possibilité de création de blogs, débats...

www.pecephobie.be  ► Suivez, avec Ginette, les 7 étapes indispensables pour avoir un ordinateur net et un internet impec’.

 


 

  Enquête Mediappro 

 

Les jeunes massivement en ligne

Selon la grande enquête internationale “Mediappro” (9 pays européens + Québec) menée auprès de jeunes de 12 à 18 ans, 90% des jeunes belges francophones se déclarent utilisateurs d’Internet.

Cette proportion correspond à la moyenne européenne. 64% des élèves sondés disent avoir une connexion “haut débit” à domicile. Et parmi eux, 32,2% l’utilisent tous les jours. Grande fidélité donc! “Le temps où l’on pouvait argumenter que tout le monde n’a pas Internet est passé”, déclare Thierry De Smedt, professeur au département communication de l’UCL (Groupe de recherche en médiation des savoirs) qui a coordonné la recherche Mediappro. “Les exclus d’Internet compteront sans doute une population limitée mais qui va probablement cumuler tous les déficits: le logement, la famille, l’alimentation, l’éducation...”.

 

Quels usages?

Mais que font les jeunes avec Internet? 52,1% des jeunes belges francophones utilisent très souvent MSN Messenger essentiellement pour rester en contact avec les amis (73% des jeunes). Cet outil permet de converser en direct avec des personnes connues et sélectionnées dans une liste de contacts personnels. Les jeunes utilisent autant cette technologie que le téléphone portable pour contacter amis et famille.

Deuxième utilisation: le blog. 38% des jeunes belges francophones déclarent posséder un blog. Un nombre plutôt élevé en comparaison avec les autres pays. Cette activité reste cependant très temporaire chez les jeunes avec une durée de vie d’un blog de 6 mois à un an. “Les plus jeunes déclarent se consacrer à l’évolution de leur blog depuis quelques mois, alors que les plus âgés l’ont fermé pour des raisons multiples (ennui, règlements de comptes indésirables...)”, déclare-t-on dans la synthèse des résultats belges de Mediappro.

Le mail se porte bien: 33% des jeunes belges francophones déclarent l’utiliser souvent et 23% très souvent. 42% des jeunes téléchargent différentes choses sur Internet. Ils déclarent même (pour 48,4%) continuer à télécharger sur le Net alors qu’ils savent pertinemment que c’est interdit!

Le chat par contre est en perte de vitesse. 70% des jeunes sondés déclarent ne pas le pratiquer.

 

Infos: www.mediappro.org.  L’enquête internationale Mediappro est coordonnée en Belgique par le Grems (Groupe de recherche en médiation des savoirs) de l’Université catholique de Louvain, ruelle de la Lanterne Magique 14, 1348 Louvain-la-Neuve, 010/47.28.44, www.comu.ucl.ac.be/reco/grems/


Réagir à cet article

Retour à l'index

"Jeunes"

haut de page