Recherche :

Loading

La rédaction

Notre histoire

Newsletter

Nous contacter

Une erreur dans votre adresse postale ?
Signalez-le

Actualité

Culture

International

Mutualité Service

Santé

Société

Nos partenaires

Visitez le site de la Mutualité chrétienne

Jeunes (1er juin 2006)


 

Adolescence 

 

Découvrir l'amour et la sexualité

L'adolescence conduit le jeune de l'enfance à l'âge adulte. Le corps se transforme. Une nouvelle identité se construit. L'ado se cherche de nouveaux points de repères hors de la cellule familiale. Il s'éveille à la sensualité et à la sexualité. Martine Goffin, psychothérapeute et psychanalyste au département adolescents et jeunes adultes du Service de Santé Mentale Chapelle-aux-Champs nous apporte son éclairage.

 

 

En marche : Comment les adolescents vivent-ils leurs premières rencontres amoureuses ?

 

Martine Goffin : Les adolescents vivent souvent l’état amoureux sur le mode de la passion. La relation amoureuse peut durer une journée, plusieurs années, voire toute la vie. Ce qui fait la richesse de l’adolescent, c’est que les choses ne se fixent pas, mais se cherchent. Le jeune peut vivre des choses très intenses qui peuvent retomber rapidement. Cette intensité est nécessaire pour pouvoir en retirer les éléments essentiels à la construction, par la suite, d’une relation riche qui va tenir la route. Au début, toute relation amoureuse est toujours très fusionnelle. Dans la durée, le couple va pouvoir s’appuyer sur cette fusion. Mais il ne faudrait pas que cette fusion s’éternise et que le couple se referme sur lui-même en se coupant du monde entier. Dans un couple fusionnel, on voit l’autre comme étant un double de soi ou on voit dans l’autre la réponse à ce qui nous manque. C’est une sorte de complétude. Mais c’est un leurre de croire que l’autre va pouvoir combler totalement ce qui nous manque. Pourtant, c’est bien là-dessus que s’appuie la relation amoureuse. Passé le temps de fusion, il y a un moment de désillusion où on découvre l’autre avec ses manques. C’est cet écart qu’il faut apprendre à supporter dans une relation pour qu’elle puisse durer.

 

EM : Aujourd’hui, quel est l’âge moyen des premiers rapports sexuels ?

 

MG : L’âge moyen des premiers rapports sexuels n’a pas changé. Ce qui a changé, ce sont les écarts par rapport à cet âge moyen. Il y a des jeunes qui vivent leur première expérience sexuelle de plus en plus tôt. Par contre, un nombre croissant d’adolescentes retardent le moment de la première relation sexuelle et ont des difficultés à faire une rencontre, à cause du contexte de banalisation de l’acte sexuel. En effet, la société véhicule l’image d’une sexualité utilisée comme un objet de consommation. Cela entraîne pour certaines filles le refus d’être un objet sexuel et d’entrer dans cette logique marchande.

 

EM : La conception de la relation amoureuse est-elle la même pour les filles et les garçons ?

 

MG : En général, le garçon accède au sentiment amoureux à travers la relation physique. La fille, quant à elle, accède à la rencontre physique par le sentiment amoureux. On constate donc une dissymétrie dans la rencontre entre la fille et le garçon. Il s’agit d’une  dissymétrie essentielle dans les rapports entre les hommes et les femmes.

Par ailleurs, les filles ont très souvent le sentiment qu’il y a quelque chose à donner absolument au garçon et qu’il faut passer par les rapports sexuels pour garder un garçon. Elles ont du mal à se soustraire au désir de l’autre, ce qui les piège dans la sexualité. Le discours social ambiant accentue encore davantage cette disponibilité des femmes.

 

EM : Quel rôle les parents peuvent-ils jouer par rapport à la sexualité de leurs enfants ?

 

MG : Je suis très sceptique sur le fait que les parents puissent avoir un rôle à jouer dans l’accès à la sexualité et à la vie amoureuse de leurs ados. En prenant soin de leurs enfants dès le plus jeune âge, à travers leurs gestes, leurs comportements, la manière dont ils ont respecté le corps de leur enfant, les parents ont déjà fait passer toute une série de choses.

Au moment de l’adolescence, le mieux qu’aient à faire les parents, c’est d’être à l’écoute de l’adolescent si celui-ci a envie de parler. Cependant, une intimité doit être respectée par rapport à ce qu’on peut se dire entre parents et enfants. A un moment donné, il vaut mieux qu’on ne se dise plus tout. Je sais que cela va à l’encontre du principe actuel prônant la communication selon laquelle tout doit se dire, s’entendre, se savoir. Mais cela fait des dégâts. Le respect de l’intimité et de la frontière entre les générations favorise le fait que l’ado se prenne en charge, se respecte, comprenne la valeur de son histoire personnelle, sans être dans un collage avec ses parents. La construction de l’intimité est essentielle et commence déjà avant l’adolescence. Les parents ont aussi à être respectueux du fait que tout ne leur revient pas et ne leur appartient pas.

 

EM : Comment les parents peuvent-ils réagir lorsque leur fille émet le désir de prendre la  pilule contraceptive ?

 

MG : D’une manière générale, le jeune s’arrange pour vivre sa sexualité sans en informer ses parents. Il faut savoir que derrière la demande banale d’un comprimé ou d’une pilule, il y a tout autre chose qui est en train de se dire. La jeune fille vient dire à ses parents qu’elle est adolescente, qu’elle a une sexualité et qu’elle veut la vivre. Parfois, elle vient presque demander à ses parents l’autorisation de grandir et de pouvoir vivre sa sexualité.

Les jeunes veulent entendre quels sont les repères et les valeurs de leurs parents. Il ne faut pas éviter ce débat en répondant trop vite par oui ou non à la demande de pilule. Les parents doivent pouvoir dire ce qu’ils pensent et quelles sont leurs valeurs. C’est surtout l’occasion pour les parents de transmettre quelque chose de ce qui les fonde, eux.

 

EM : Comment les adolescents envisagent-ils leur avenir? Rêvent-ils leur future vie de couple ?

 

MG : Le rêve est un travail d’élaboration psychique fondamental. Le jeune se projette dans l’avenir et essaie d’anticiper ce qu’il sera. De nos jours, de nombreux adolescents ont énormément de mal à se penser dans l’avenir, à penser leur avenir. Pour certains, il devient compliqué de rêver. Ce que j’entends de plus en plus chez les adolescents, c’est leur difficulté à quitter le cocon familial. Les parents, en étant toujours à l’écoute, en choyant leurs enfants, en acceptant que le petit couple vienne nidifier à la maison, ne donnent pas envie au jeune de quitter la maison et compliquent le passage vers l’autonomie. La construction d’un couple et les relations sexuelles font partie des choses qui donnent accès au stade adulte et à l’autonomie. Les parents n’ont pas à favoriser l’installation de jeunes couples chez eux. Accepter cela, c’est leur faire rater une étape importante.

On constate également que les jeunes ont du mal à s’engager dans le couple. La logique de la société actuelle veut que l’on puisse tout consommer dans l’immédiat, profiter de tout, que la liberté est totale et que nos actes sont sans conséquences. Dans ce sens, notre société n’encourage plus l’engagement, lequel suppose aussi le renoncement à certaines choses.

Un autre élément venant mettre les ados en difficulté se rapporte à l’attitude de parents divorcés qui se remettent à avoir des rencontres amoureuses. Le jeune voit alors son père ou sa mère comme il ne les voyait plus, c'est-à-dire en plein émoi amoureux. Dans la tête des jeunes, les parents leur apparaissent comme relativement désexualisés et assagis. L’adolescent, déjà tellement éveillé par ses propres émois pulsionnels, et qui voit ces mêmes émois chez ses parents peut en être très perturbé. Quand les parents redeviennent ados, ils risquent d’effacer la différence entre les générations et c’est comme si les jeunes ne pouvaient pas accéder à leur sexualité ni à leur tranche d’âge. Les repères sont tout à fait faussés, cela crée des pannes chez les jeunes.

 

EM : Enfin, quel conseil pouvez-vous donner aux parents d’adolescents ?

 

MG : Je leur dirais de se faire le plus discret possible, afin que le jeune puisse faire son chemin. Les parents ont à rester à l’écoute de leurs ados, mais pas trop, car tout n’est pas à dire. Il ne faut surtout pas être intrusif dans l’intimité du jeune, mais il est important de baliser les choses et de s’autoriser à la confrontation, à dire non quand on pense non, même si on passe pour ringard.

 

Propos recueillis par Colette Barbier

 


L'entrée dans l’adolescence…

 

Classiquement, on définit l’entrée dans l’adolescence par l’irruption de la puberté, laquelle consiste en la transformation du corps de l’enfant pour devenir un corps adulte. Ces transformations physiques viennent perturber complètement l’identité que l’enfant avait de lui-même. Les adolescents passent d’ailleurs beaucoup de temps à se regarder dans le miroir parce qu’ils doivent se réapproprier une image devenue étrangère à celle qu’ils avaient d’eux-mêmes.

D’autre part, le jeune se découvre un appareil génital lui permettant d’assurer la sexualité génitale et de procréer. L’adolescent est donc traversé par un émoi pulsionnel entraînant un questionnement intense sur lui-même, sur ce qu’il recherche, sur le sens de la vie, de la mort, sur son identité de futur homme ou de future femme.

On parle de crise d’adolescence parce que l’irruption de la puberté fait vaciller l’équilibre antérieur de l’enfant. Il va devoir effectuer un travail d’élaboration psychique pour apprendre à canaliser tout ce qui déborde et trouver le moyen de stabiliser les choses. Dans ce mouvement pubertaire, l’adolescent commence à s’appuyer sur ses propres repères et non plus seulement sur ceux que lui ont transmis ses parents. Pour cela, il va chercher de nouveaux repères à l’extérieur de la cellule familiale.

 


Pour en savoir plus…

L'Association Parole d'enfants organise le jeudi 27 et vendredi 28 avril 2006 un colloque consacré à la sexualité des jeunes intitulé : "De Blanche Neige à Lara Croft… Quand la sexualité des jeunes en difficulté bouscule les professionnels". Les professionnels travaillant avec des adolescents sont souvent confrontés à la gestion des comportements sexuels de ces jeunes. Au-delà d’un certain embarras à aborder le sujet avec les jeunes, les intervenants se retrouvent également face à bon nombre de questions et de doutes. Qu’est-ce qui fait partie du développement sexuel normal du jeune ? A partir de quel moment un comportement est-il inquiétant ? Quelle réaction les adultes doivent-ils avoir ? Comment respecter l’intimité du jeune tout en restant attentif à ce qui pourrait le mettre en danger ou mettre en danger les autres ? Autant de questions auxquelles les nombreux intervenants à ce colloque (organisé avec le soutien de la Mutualité chrétienne) tenteront de répondre.

 

> Lieu : Palais des Congrès de Liège

Rens.: Parole d'enfants : 04/223.10.99, info@parole.be - www.parole.be

 

Réagir à cet article

Retour à l'index

"Jeunes"

haut de page