Recherche :

Loading

La rédaction

Newsletter

Nous contacter

Une erreur dans votre adresse postale ?
Signalez-le

Actualité

Culture

International

Mutualité Service

Santé

Société

Nos partenaires

Visitez le site de la Mutualité chrétienne

Bouger (1er avril 2010)

 

© Laurent Caro/Belpress

Entre l’homme

et l’eau : ça baigne !

Pourquoi fréquenter assidûment la piscine lorsqu’on ne sait pas nager? Pour apprendre à nager? Pas seulement… C’est ce que démontre Pady Duijn en plongeant avec petits et grands dans cet élément liquide qui, dit-il, révèle nos faces cachées.

Tensions et angoisses s’y dévoilent pour, peu à peu, s’y diluer.

Au début était la naissance, première sortie, la tête hors de l’eau… Moment intense qui déterminera notre mouvance future dans la vie. Pady Duijn le sait, pour l’avoir lui-même expérimenté ! “J’ai toujours été interpellé, attiré par l’eau. Dans le cadre de mes études d’éducation physique, j’ai réalisé un travail sur les bébés nageurs. J'y ai pris conscience des limites de cette approche qui est axée sur la survie et pas sur le “bien-vivre”. Et j’ai réalisé que beaucoup de nos comportements se déclinaient sur ce mode, comme si nous vivions ‘sur nos gardes’”. Il poursuit: “C’était mon cas. En en cherchant les raisons, j’ai découvert qu’à ma naissance, je ne respirais pas et qu’on m’avait plongé successivement dans des eaux froides puis chaudes… Etait-ce gravé en moi ? Grâce à ces questionnements et aux réponses que j’y ai apportées, ma façon d’aborder mon métier et ma méthode d’apprentissage de la natation, ont évolué”.

 

Pas d’âge pour la nage

Beaucoup d’adultes craignent les profondeurs, les éclaboussures de l’eau sur leur visage, ou bien l’intrusion de l’eau dans les narines. Certains évitent le ruissellement de l’eau sur leur visage durant la douche. Ces peurs sont souvent le reflet de nos manières d’être dans la vie. Nos premières expériences ont été vécues dans un élément liquide, in utéro. Si la grossesse a été difficile, cela s’est inscrit dans la mémoire cellulaire. Difficile alors de profiter au maximum des moments passés au contact de l’eau.

Comment dépasser ces peurs liées à l'eau, profiter de ses bienfaits, voire même apprendre à nager à l'âge adulte alors qu'on a toujours fui ou enfui cette idée ?

La démarche poursuivie par Pady Duijn vise à faire découvrir à chacun le plaisir du toucher de l’eau et à mettre un bagage adapté à la disposition de chaque participant. Pour l’un le plaisir sera de marcher dans l’eau, pour l’autre d’y barboter ou de s’y coucher, pour un autre encore de nager, à sa façon.

Cette méthode, riche d’une longue pratique et nourrie de nombreux échanges avec des praticiens homéopathes, ostéopathes, psychologues…, s’adresse à tous et se pratique dans des piscines où l’eau est à 32°. Les séances sont individuelles ou en petits groupes.

La spécificité de cette méthode? Intégrer une dimension de développement de la personne en allant bien au-delà de l’apprentissage d’une nage stéréotypée. “La méthode permet non seulement d’apprendre à se sentir en confiance dans l’eau mais surtout à renforcer des capacités : confiance en soi, développement de l’autonomie, équilibrage de l’énergie corporelle et motrice, reconnaissance des limites dans la vie, amélioration de la relation à autrui”, assure Pady Duijn.

 

Une vieille histoire

On trouve des traces d’activités aquatiques humaines dès 4000 avant J.C. en Egypte. Des vestiges de bains publics datant de 2600 avant J.C. ont été mis à jour dans la vallée de l’Indus. Au Sri Lanka, chez les Mayas, en Grèce Antique et dans la Rome Antique, au Moyen Orient, chez les Indiens d’Amérique, au Japon, bref, un peu partout dans le monde, des témoignages écrits ou peints prouvent que cette fréquentation de l’eau par l’homme ne date pas de la dernière pluie !

Chez nous, c’est en 1890 que s’est créé le premier club de natation. Accueillant essentiellement des jeunes gens, le souci de rendre cette activité plus accessible à un large public a donné naissance, en 1891, au Cercle de Natation de Bruxelles.

Aujourd’hui, via week-ends thalasso, centres de loisirs aquatiques, thermes, cours d'aquagym, piscines publiques et privées… l’eau jaillit partout dans notre quotidien. Si nos grands-parents se contentaient souvent de tremper l’orteil dans la mer du nord… l’eau, aujourd’hui, se partage à tout âge !

 

En prenant le temps de s’installer dans l’eau, d’être à l’écoute de ce que l’on ressent à ce moment-là, on est ramené à son intériorité, l’eau agissant comme un révélateur. “Etre enveloppé par le liquide tiède permet de se connecter à soi-même.”

Qu’est-ce que je ressens dans l’eau? C’est par cette entrée en matière que débute une séance chez Pady Duijn qui invite l’apprenti baigneur à s’observer au contact de l’eau. Pas question de poursuivre l’objectif de plonger au coup de sifflet pour parcourir des longueurs en brasse. Se mouvoir dans l’eau est, avant tout, une création très personnelle, qui tient compte des composantes corporelles, psychiques de la personne. “Dans l’eau, tu ne sais pas tricher, tu viens sans artifice”.

Parmi les exercices pratiqués lors des séances, il y a ‘la planche’. Détendue ? Pas tout de suite évidemment. Au début, apparaissent des tensions qui, selon l’endroit où elles se situent, vont dire des choses sur soi. A partir de ces constats, une sorte de rééquilibrage, en douceur, va pouvoir être opéré. Peu à peu, l’assurance gagnera. “C’est lorsque l’on parvient à bouger dans l’eau, comme une algue, que l’on fait vraiment corps avec elle, ‘subtile alliée’ !”

 

Respecter l'eau

De tous temps, l’eau a questionné, interpellé, agi sur l’imaginaire des hommes. Le baptême, les ablutions et leur symbolique de purification, le déluge hante l’inconscient collectif. On a tous eu vent d’histoires de noyade. Monstres marins, sirènes, baleines dévoreuses… toutes ces histoires sont inscrites dans nos inconscients collectifs. L’eau, source de vie perd pourtant de son caractère sacré en s’écoulant goutte à goutte de nos robinets. C’est au respect de l’eau, aussi, qu’éveille le maître nageur.

// Laurence Delperdange

 

 

>> Pour plus d'infos: La goutte d'eau asbl • 02/384.99.07. • www.lagouttedeau.be 

 

“J'ai vaincu ma peur de l'eau”

Il y a quelques mois, Léna, 55 ans, a décidé de vaincre sa peur de l’eau d’autant plus qu’elle se sent bien… dans son bain. Mais la piscine, bruyante et profonde, l’effraie. Les leçons de natation suivies à l’adolescence l’ont plutôt… refroidie ! Son souhait aujourd’hui est d’aller vers une meilleure harmonie personnelle qui relierait corps et esprit. Elle a donc songé à la natation.

Dès ses premières séances avec le maître-nageur, elle réalise qu’elle n’utilise pas son corps dans son intégralité, se sentant déconnectée de certaines parties d’elle-même. “La méthode part du potentiel de chacun. Etant donné que j’avais pas mal de tensions dans le bas du dos, il a fallu adapter mes mouvements pour que ces tensions disparaissent, mes peurs aussi. Aujourd’hui, je parviens à rester couchée sur le dos, sans craintes, en lâchant prise, sans le masque dont j’avais besoin au départ.”

Comme la méthode se veut à l’écoute de chacun, elle peut paraître peu orthodoxe. En fait, elle respecte le rythme et les particularités physiques mais aussi psychiques de chacun, dans la douceur, l’harmonie. “Je me sens aujourd’hui, beaucoup plus dynamique, plus centrée dans mes activités, mieux ancrée dans le sol… J’ai découvert combien je travaillais dans l’urgence; j’étais tout le temps sur le qui-vive. Ma fille, bonne nageuse (elle a fait de la compétition), m’a accompagnée à quelques séances. J’avoue que quand j’ai découvert que je me sentais à l’aise sous l’eau alors qu’elle éprouvait des difficultés à y demeurer, j’étais assez fière de moi!”

 


Réagir à cet article

Retour à l'index

"Bouger"

haut de page