Recherche :

Loading

La rédaction

Newsletter

Nous contacter

Une erreur dans votre adresse postale ?
Signalez-le

Actualité

Culture

International

Mutualité Service

Santé

Société

Nos partenaires

Visitez le site de la Mutualité chrétienne

 

Un Noël chez Tante Esther (15 décembre 2005)

Je m’appelle Charlotte, j’ai dix ans et je n’aime pas Noël… Cette année encore, nous passons Noël chez Tante Esther dans le Finistère. Je n’aime pas Tante Esther. Elle sent la naphtaline et l’eau de Cologne. Elle a de la barbe au menton et ses jambes sont toutes poilues. Elle porte d’affreuses robes à fleurs, on dirait de vieilles tentures. Sa voie est criarde et elle n’arrête pas de parler ou plutôt de divaguer. Tante Esther croit aux ovnis et aux extraterrestres aussi, bien- sûr. Elle est persuadée qu’ils sont venus lui rendre visite dans son jardin le soir de Noël 1968. Elle nous en reparle chaque fois qu’on la voit ! Elle a tous les livres de Paco Rabanne et celui de Nostradamus trône sur sa table de chevet. Autant dire qu’elle nous a déjà annoncé plusieurs fois la fin du monde. Bref, Tante Esther perd un peu la tête.

L’an passé, elle nous avait préparé une tarte au sucre. Seulement, elle s’était trompée et avait mis du sel à la place ! Et c’est moi qui avais goûté en premier. Beurk !

Cette fois, elle est allée chez le pâtissier et la bûche est plutôt bonne. Mais je m’ennuie… Tante Esther est partie dans un monologue sur son compagnon Vladimir. Il nous a quittés il y a deux ans et, depuis, nous passons Noël chez Tante Esther "pour ne pas laisser cette pauvre femme toute seule", comme dit maman. Au moins, quand Vladimir était là, on s’amusait bien. Il était capitaine dans la marine marchande et nous racontait ses périples aux quatre coins du monde.

Qu’est-ce que je m’ennuie… Et dire qu’il y avait une soirée spéciale Star Ac’ à la télé ce soir ! Discrètement, j’arrive à m’éclipser pendant le pousse-café. Pas question d’allumer la télé, mes parents me tueraient. Et puis Rémy, mon petit frère, s’est endormi dans le canapé du salon. Reste plus qu’à visiter un peu.

Pffff, il n’y a rien de bien ici. Tout est triste et sombre. C’est plein de bibelots sans intérêt. Tiens ! Il y a de la lumière au grenier. Mes parents ne semblent pas avoir remarqué mon absence… Je peux y aller !

C’est complètement ouf ! Ce grenier est nickel chrome ! Il est éclairé de lampes halogènes super high tech’, le mobilier est méga design et sur le bureau trône un ordi dernier cri avec un écran trop top’, sûrement un 30 pouces, en 16:9 en plus. Souris sans fil, lecteur-graveur DVD, ligne ADSL haut débit. Je suis scotchée ! Je m’assieds et sors la bête de sa mise en veille.

Tante Esther était en train de "tchater". En deux, trois clics, je trouve sa dernière parlotte en ligne… elle… non, j’y crois pas… elle était en train de "tchater" avec le Père Noël !!!

Dong dong dong…

La pendule ! Il est minuit ! J’ai intérêt à descendre vite fait pour aller ouvrir les cadeaux. Ce sera quoi cette fois ? Une écharpe en laine tricotée main ?

***

Sous le sapin, Charlotte ouvre son cadeau : un I-Pod Nano gravé à son nom. Le dernier cri des baladeurs, lecteur de musique MP3! Il est accompagné d’un petit mot : "Remets mon bonjour à Tante Esther :-))" Signé : Le Père Noël.

Françoise Robert

Retour à l'index "Culture"

haut de page